L’Islande est considérée comme une destination hors des sentiers battus. Mais où aller si vous voulez éviter les touristes en Islande ? Où se trouvent les trésors cachés d’Islande ?

L’Islande a des sites exceptionnels encore relativement méconnus ou en marge des itinéraires touristiques habituels. Nous vous livrons ici 20 petites merveilles islandaises à découvrir. La plupart d’entre elles ne vous seront accessibles qu’en voiture, voici donc un lien où vous pouvez louer un véhicule, ainsi que des voyages autotours en Islande.

20. Grótta à Reykjavík

The lighthouse at Grótta

À l’ouest de Reykjavik (à Seltjarnarnes) se trouve une zone appelée Grótta. En fait, il s’agit d’une réserve naturelle en raison de la grande variété d’oiseaux qu’elle abrite. C’est aussi le meilleur endroit pour admirer le coucher de soleil sur la baie de Faxaflói. On y trouve même une petite mare de boue artificielle au milieu des rochers pour tremper les pieds (il vous faudra chercher un peu, elle est à côté d’une des cabanes au bord de la mer !)

Lorsque la mer se retire, il est également possible d’accéder à un très joli phare. À marée basse, vous aurez donc 6 heures pour faire l’aller-retour si vous ne voulez pas rester coincé au phare. En revanche, du 1er mai au 30 juin, c’est la saison de nidification et l’accès au phare est suspendu.

19. Source de Seljavallalaug

Seljavallalaug in south Iceland

(Crédit photo: The Daily Mail)

Bien que moins isolée que jadis, la piscine naturelle de Seljavallalaug dans le sud de l’Islande reste considérée comme l’un des trésors cachés du pays. Et si beaucoup de visiteurs aiment rouler le long de la Côte Sud, aucun bus touristique ne vous y conduira.

De toutes les piscines que compte l’Islande, celle de Seljavallalaug est la plus ancienne, et elle est encore en assez bon état. Elle n’a pas de douches, mais dispose tout de même d’un vestiaire. L’entrée est gratuite et vous n’avez qu’à apporter votre maillot de bain pour profiter de la quiétude naturelle des lieux. Mais comme personne ne souhaite entacher la beauté cachée de ce site, n’oubliez pas d’apporter également votre respect et votre civilité !

La source chaude est situé entre les célèbres chutes d’eau de Seljalandsfoss et de Skógafoss, et vous pouvez vous y rendre par vous-même en voiture ou bien avec la seule excursion qui conduit à Seljavallalaug (et la seule également qui permet d’aller voir l’épave de l’avion DC3). En voiture, en provenance de Reykjavik, il faut prendre à gauche en direction de Seljavellir juste avant Skógafoss. Le bassin se trouve ensuite à 15 minutes à pied.

18. Ferme de Friðheimar

One of the owners, Knútur, and the chef, Jón

(Crédit photo: Farmholidays)

Friðheimar est une plantation de tomates bio située à Reykholt dans le sud du pays. Une étape idéale pour les voyageurs qui explorent le Cercle d’Or en voiture ! Cette ferme familiale cultive tomates et concombre et dispose d’un restaurant. Afin de ne rien perdre de la production, les tomates égratignées (impropres à la vente en supermarché, mais qui n’ont rien perdu de leur saveur) finissent en soupe de tomate pour le repas du midi.



Franchement, ces gars-là ne vivent que pour la tomate ! Vous aurez du schnaps servi dans une tomate, de la glace à la tomate (ça paraît bizarre, mais c’est délicieux !), du chutney à la tomate, sans oublier les deux grands cocktails à base de tomate que sont le Bloody et le Virgin Mary. Le pain est fait maison (je recommande la variante à la cannelle), et la soupe est accompagnée d’une sauce au concombre. La soupe et le pain (à volonté) assortis de basilic frais, de sauce au concombre, de crème aigre et de beurre ne vous coûteront que 1900 ISK : un très bon prix !

Soup, bread and cucumber salsa at Friðheimar

(Crédit Photo: Breathe Iceland)

L’atmosphère est très chaleureuse, légère et amicale (les tomates ont besoin d’un climat chaud et de beaucoup de lumière toute l’année !). Les visites de la plantation de tomates se font avant le repas du midi.

Vous pouvez débarquer aux heures d’ouverture (tous les jours de 12 h à 16 h), mais parfois des visites de groupes sont prévues, et il vaut donc mieux appeler à l’avance pour connaître le meilleur créneau disponible.



17. Cascade Gljúfrabúi 

Gljúfrabúi waterfall in south Iceland

(Crédit photo: Jórunn Sjöfn)

Juste à côté de la chute d’eau de Seljalandsfoss dans le sud de l’Islande, il existe une autre cascade que de nombreux visiteurs oublient en cours de route. Elle n’est pourtant qu’à 5 minutes de Seljalandsfoss, à côté d’une ferme.

Pour la voir, vous devrez franchir quelques rochers qui forment une petite entrée de grotte, puis vous arrivez juste en dessous de la cascade (apportez un imperméable, vous allez vous mouiller !)

Même si une seule excursion de la Côte Sud a intégré la cascade dans son programme d’étapes, vous pouvez vous y rendre facilement dans le cadre de n’importe quelle autre excursion de la Côte Sud puisqu’elles s’arrêtent toutes à Seljalandsfoss. Tout ce dont vous avez besoin, c’est de connaître le temps dont vous disposez pour faire le détour. 



16. Restaurant Tjöruhúsið

Tjöruhúsið in Ísafjörður

(Crédit photo: Westfjords.is)

Ce restaurant rustique, à la fois délicieux et simple, se trouve à Ísafjördur dans les Fjords de l'Ouest. Il n’ouvre ses portes qu’en été et à Pâques, et vous n’avez donc qu’une période limitée de l’année pour vous y rendre et goûter quelques-unes des meilleures spécialités islandaises de poissons et de fruits de mer. À l’intérieur, on s’assoit sur des bancs en bois et vous ne manquerez pas de faire connaissance avec votre voisin ou votre voisine. Le midi, le menu à la carte propose une soupe pour seulement 1800 ISK, le poisson du jour pour 2500 ISK ou les deux pour 3000 ISK. Le soir, un dîner-buffet est proposé pour 5500 ISK — mais le repas est gratuit pour les enfants de moins de 14 ans !

An example of the fish on offer

(Crédit photo: Nanna)

Le poisson est toujours très frais, pêché le jour même à quelques centaines de mètres de là. Je ne connais pas personnellement les gérants de ce restaurant, mais c’est ce que l’on peut lire dans les commentaires de leur page Facebook et dans les avis de Trip Advisor !



15. Rocher Hvítserkur 

Hvítserkur isn't tall - but a dramatic rock!

Le rocher Hvítserkur se dresse sur le littoral, dans le fjord Húnafjördur au nord-ouest du pays. Il se trouve entre Reykir et Blönduós. On peut s’y rendre en faisant un petit crochet à partir de la principale route qui fait le tour de l’Islande.

On quitte donc la route circulaire pour la route 711, en tournant à gauche si vous venez de Reykjavik, et à droite si vous venez d’Akureyri. Aucune excursion organisée ne permet d’y aller, et vous devrez donc louer une voiture.

14. Canyon Fjaðrárgljúfur 

Fjaðrárgljúfur in South Iceland

(Crédit photo: Grétar Skúlason)

Non loin de la route circulaire se trouve également le Fjadrárgljúfur (bonne chance pour la prononciation !) J’ai entendu un jour un voyageur l’appeler le canyon de « l'arrière-train couvert de mousse » ! Inutile de préciser que ce n’est pas une traduction littérale, mais c’est une description assez fidèle. En réalité, « Fjadrárgljúfur » signifie « canyon de la rivière de plumes ». Il s’agit d’un des plus beaux canyons d’Islande. Prenez le temps de le découvrir à pied et de vous imprégner de ses paysages fantastiques.

C’est également magnifique en hiver :

Fjaðrárgljúfur canyon during winter

(Crédit photo: Tony Prower Flickr)

Pour y aller, rouler en direction de Kirkjubæjarklaustur (encore un nom bien facile à prononcer !) sur la Côte Sud de l’Islande. Si vous venez de Reykjavik, le canyon sera sur votre gauche, juste avant d’arriver à Kirkjubæjarklaustur (littéralement, la « ferme-église du couvent »).



13. Piscine d'Hofsós 

Hofsós swimming pool in Iceland

(Crédit photo: Michael Kelley Flickr)

C’est dans cette toute petite ville de la péninsule de Tröllaskagi dans le nord du pays (à côté d’Akureyri) que se trouve la plus belle piscine à débordement d’Islande. Implantée à flanc de colline, elle offre une vue extraordinaire sur le fjord en contre-bas.

Le détour vaut la peine si vous voyagez en autotour.

12. Vallée de Vesturdalur

Hljóðaklettar (Sound Rocks) in Iceland

(Crédit photo: Vatnajökulsþjóðgarður)

Le lac Mývatn, les chutes d’eau de Dettifoss et même l’Ásbyrgi sont très fréquentés — mais si vous êtes dans la région, hors de question de repartir sans passer par Raudhólar et Hljódaklettar à Vesturdalur ! Ce n’est qu’à 15 minutes de route du canyon d’Ásbyrgi, sur la route 85 en direction du village de Húsavík.

Rauðhólar (Red Hills) in Vesturdalur, Iceland

(Crédit photo: Carlo Tancredi Flickr)

Hljódaklettar (« les roches dures », en islandais) est un ensemble de colonnes de basalte de formes et tailles variées qui s’entortillent et se courbent dans tous les sens possibles et imaginables. Les Raudhólar (« les collines rouges ») sont des collines très colorées de noir et de jaune, mais où domine un rouge flamboyant. Peu d’endroits en Islande vous donneront à apprécier de telles couleurs vives.

Cette excursion d’une journée aux chutes de Dettifoss, au canyon d’Ásbyrgi et à Hljódaklettar, ainsi que celle des grands sites du nord vous emmènera également à Hljódaklettar. Cependant, la meilleure façon de profiter de la vallée de Vesturdalur est encore de vous y rendre par vous-même en voiture.



11. Vallée de Thjórsárdalur et ses cascades

Hjálparfoss in Þjórsárdalur valley

(Crédit photo: Egill Halldór Flickr)

La vallée de Thjórsárdalur regorge de cascades ignorées par les hordes de touristes. Celle du canyon de Gjáin en fait partie (le canyon aussi est assez exceptionnel d’ailleurs). La cascade de Háifoss (la deuxième plus grande d’Islande avec ses 122 mètres de haut) et celle de Granni, située à quelques encablures seulement, constituent également de véritables trésors cachés. Puis, un peu plus bas dans la vallée, se trouve la cascade de Hjálp (qui signifie « aide » ou « secours » en islandais). Pour en savoir plus sur Háifoss, Granni et Hjálp cliquez ici. Enfin, il ne faut surtout pas oublier Thjófafoss (« la cascade du voleur ») située de l’autre côté du mont Búrfell.

Þjófafoss in Þjórsárdalur, with Hekla in the background

Toutes ces chutes d’eau se trouvent dans la même zone et sont facilement accessibles par les routes 32 et 26, en 2 ou 3 heures de voiture de Reykjavik.

Cette excursion dans l’Islande profonde vous conduira à la plupart d’entre elles.

10. Chute de Glymur 

The lush Glymur waterfall in Iceland

(Crédit photo: Trek Iceland)

Le tunnel qui passe sous le fjord Hvalfjördur (littéralement, « fjord de la baleine ») ouvert en 1998 a permis de réduire le temps de parcours entre Reykjavik et Borgarnes d’environ une heure. C’est pourquoi de nos jours, rares sont les véhicules qui traversent ce site fantastique. De plus, en bas du fjord, un départ de sentier conduit à la plus haute chute d’eau de toute l’Islande (198 m) : Glymur (« l’écho », en islandais).

C’est une belle marche, assez facile, qui vous mènera à travers de vertes falaises couvertes de mousse jusqu’à la cascade et qui ne vous prendra que 2 à 3 heures. Ici, vous pourrez réserver une randonnée à la cascade de Glymur.

9. Plage Rauðisandur

Rauðisandur, Red Beach, in the Icelandic Westfjords

(Crédit photo: Tony Prower Flickr)

L’Islande est connue dans le monde entier pour ses plages de sable noir — même si elle possède également des plages de sable blanc — mais cette plage rouge des Fjords de l'Ouest est également très célèbre. Ici, les couleurs vont vous jouer des tours, car en fonction de la luminosité la plage vous paraîtra tantôt blanche, orange, jaune ou rouge vif.

Il n’y a là rien que du sable, et si vous cherchez une plage parfaitement paisible, sans vendeurs ni boutiques pour vous déranger, alors vous aurez là un site de choix pour une petite promenade solitaire. Mais si 10 km de sable ne vous suffisent pas, vous pourrez prolonger votre marche jusqu’à la falaise de Látrabjarg où vivent des milliers de macareux.

La meilleure façon de rejoindre Raudisandur est soit de traverser en voiture tous les Fjords de l'Ouest soit de prendre le ferry Baldur de Stykkishólmur à Brjánslækur et reprendre la route à partir de là. La région n’est pas toujours accessible en hiver et il est préférable de s’y rendre en 4x4.



8. Village de Siglufjörður 

Siglufjörður on Tröllaskagi in North Iceland

Cette jolie petite ville, qui fut un temps la capitale mondiale de la pêche au hareng, se trouve à l’extrémité nord de la péninsule de Tröllaskagi (non loin de la piscine de Hofsós, le 13e site de notre liste). Siglufjördur est nichée dans un petit fjord et ceinturée de montagnes sur trois côtés.

Il ne faut pas manquer le musée d’histoire du hareng qui recrée la vie d’antan à travers plusieurs bâtiments implantés dans la grand-rue du village. Siglufjördur n’est pas facile d’accès, et une fois sur place, vous aurez la sensation d’être dans une ville complètement retirée, aux confins du monde, même si l’on n’est en réalité qu’à une heure de route d’Akureyri.

Et si vous ne savez pas où passer la nuit, sachez que l’un des meilleurs hôtels d’Islande, l’Hótel Sigló, se trouve à Siglufjördur.



7. La piste Kjölur 

Hveravellir in the Icelandic highlands

(Crédit photo: Iceland Aurora Photo Tour)

En été, lorsque les Hautes Terres sont rouvertes à la circulation, prendre la piste dite de Kjölur peut s’avérer une excellente idée de sortie (en 4x4 uniquement !) En chemin, vous pourrez par exemple faire étape à Kerlingarfjöll (littéralement, « les montagnes de la vieille dame ») ou à Hveravellir (« la plaine des sources chaudes »), ou bien les deux !

La piste Kjölur est appelée route F35, et elle passe également par les chutes d’eau de Gullfoss. Elle relie le nord et le sud du pays et passe entre les glaciers de Langjökull et de Hofsjökull. Sur le reste du parcours, les Hautes Terres sont sablonneuses et parsemées de sources chaudes (dont certaines ouvertes à la baignade) et de formidables sentiers de randonnées. Cet autotour de 6 jours dans les Hautes Terres suit la route Kjölur et passe par Hveravellir et Kerlingarfjöll, tout comme cette traversée vers le nord par la piste Kjölur.

6. L'île de Flatey

Flatey island in West Iceland

(Crédit photo: Jórunn Sjöfn)

Visiter l’île de Flatey (« l’île plate », en islandais), c’est faire un bond dans le temps, dans l’Islande des années 1900. Cet îlot n’est habité qu’en saison. L’été, l’île est assez active, notamment avec l’affluence des photographes — mais en hiver elle ne compte que 5 habitants. « Assez active », cela signifie quelques dizaines de personnes ou une centaine tout au plus. Néanmoins, et aussi surprenant que cela puisse paraître, de nombreux concerts y sont organisés — presque un par semaine en été.

Flatey's only road

(Crédit photo: Jórunn Sjöfn)

L’île possède une route, mais elle est interdite aux voitures (elle ne fait que 2 km de long pour quelques mètres de large) et jusqu’à récemment, les habitants n’avaient pas de couverture réseau pour les portables. Flânez sur l’île, jetez un œil à l’église et à la petite bibliothèque, admirez la mer et les oiseaux, faites le vide dans votre esprit, détendez-vous, dites bonjour aux elfes et si vous avez un petit creux, ne manquez sous aucun prétexte le poisson du jour de l’Hótel Flatey

Pour rejoindre l’île, prenez le ferry Baldur au départ de Stykkishólmur sur la péninsule de Snæfellsnes, ou de Brjánslækur dans les Westfjords. Si vous parcourez l’Islande en voiture, vous pourrez la mettre sur le ferry pour la récupérer de l’autre côté de la baie (à Stykkishólmur ou à Brjánslækur) le jour même, ou quelques jours plus tard si vous voulez passer quelque temps sur l’île. Au départ de Stykkishólmur, la traversée dure 1 heure et demie, et 1 heure au départ de Brjánslækur.

5. Lave d'Holuhraun

Holuhraun when it was erupting

Il y a du nouveau dans le paysage islandais ! En effet, suite à l’éruption volcanique qui s’est produite d’août 2014 à février 2015, une nouvelle coulée de lave s’est formée dans le Holuhraun. La zone est vraiment très peu fréquentée et vous aurez besoin d’un bon 4x4 pour vous y rendre. Mais le jeu en vaut la chandelle, car une fois sur place, vous pourrez sentir le sol encore chaud de cette activité volcanique récente, et c’est une nature à l’état brut qui se dévoilera sous vos yeux !

4. Canyon de Stakkholtsgjá 

Stakkholtsgjá canyon in South Iceland

(Crédit photo: Regína)

Ce superbe canyon se trouve non loin de Thórsmörk. Il faut compter environ 2 heures de marche pour atteindre la grande chute d’eau qui s’y trouve enclavée. C’est donc une petite randonnée facile et accessible à toute la famille. Arrivés à 100 mètres environ du fond du canyon, il se sépare en deux parties et vous devez traverser à gué une petite rivière pour accéder à la cascade.

The waterfall at the bottom of Stakkholtsgjá

(Crédit photo: Örvar Atli Flickr)

Une petite marche que vous ne regretterez pas ! 



3. Réserve Naturelle d'Hornstrandir

Dramatic Hornbjarg cliff at Hornstrandir Nature Reserve

(Crédit photo: Gregor Samsa Flickr)

La partie la plus inaccessible d’Islande est le Hornstrandir, à l’extrémité nord des Fjords de l'Ouest. Aucune route n’arrive jusque-là. Pour y aller, vous devez donc soit marcher pendant une semaine à partir de la fin de la route, à proximité de Krossnes, (et donc une semaine de plus pour le retour), soit prendre le bateau à Ísafjördur.

Arctic fox curling up

Il n’y a ni boutiques ni villages. Vous devrez donc prévoir de la nourriture et du matériel de camping si vous avez l’intention de rester quelque temps. C’est ici que vivent les plus grandes colonies du splendide renard polaire d’Islande ! Saurez-vous en apercevoir quelques-uns ?

Voici une excursion de 6 jours autour de Hornstrandir.

2. Le terrain de campement de Thakgil

Þakgil camping grounds

(Crédit photo: Alda)

Thakgil (le « canyon-abris », en islandais), est un magnifique terrain de campement situé dans le sud de l’Islande, non loin du village de Vík. Si vous arrivez par l’Est, tournez à gauche à 6 km environ après avoir quitté Vík. Suivez cette route pendant environ 14 km, et une fois que vous aurez passé des décors de tournages abandonnés de la série Game of Thrones, vous pénétrerez dans une petite plaine verte, luxuriante et cernée de montagnes accidentées et de petites rivières. Le site est très bien protégé du vent, et il est même possible de prendre le repas dans une grotte. Pour en savoir plus, consultez le blog d’Alda sur Thakgil ici. Attention ! Vous ne pourrez vous y rendre que par vos propres moyens.

1. Les sentiers de randonnée Víknaslóðir

Víknaslóðir hiking trails in East Iceland

(Crédit photo: Iceland Trails)

L’Islande extrême orientale, autrement dit la région qui s’étend autour de Borgarfjördur Eystri (où se tient d’ailleurs le formidable festival de musique du Brædslan tous les ans en juillet), recèle quelques-uns des meilleurs sentiers de randonnées du pays : Víknaslódir. En islandais, Víknaslódir signifie « les sentiers des criques » et il est recommandé de consacrer entre 5 et 10 jours de marche dans la région. La randonnée qui permet de descendre à Seydisfjördur en partant de Borgarfjördur Eystri représente un parcours de 55 km et se fait habituellement en 4 jours (tout comme le Laugavegurinn, la randonnée la plus célèbre d’Islande).

Stórurð in East Iceland

(Crédit photo: Iceland Trails)

En chemin vous pourrez profiter de magnifiques paysages de montagnes, de vallées et de fjords. Mais le site le plus spectaculaire de la région est probablement le Stórurd, un lac d’un bleu à couper le souffle flanqué d’énormes blocs de roche.



 

 Êtes-vous déjà parti à la recherche d’un des trésors cachés d’Islande ? :)

Quelques conseils supplémentaires pour vos déplacements

Pour se rendre sur la plupart de ces sites, mieux vaut avoir un bon 4x4, car la plupart de vos déplacements se feront probablement sur des routes de graviers ou même des pistes. Il est également recommandé de souscrire à des formules d’assurances complètes (n’hésitez pas devant l’assurance complémentaire gravier !) Vous me remercierez... Et encore une fois, attachez TOUJOURS votre ceinture et vérifiez la météo avant de prendre la route !