Reykjavík est une ville animée et festive notamment pour le soir du nouvel an

Plongez-vous dans la culture palpitante de la capitale islandaise, et découvrez les meilleures façons de la visiter. Quels sont les lieux et les monuments emblématiques de Reykjavík ? Où se trouvent les éléments les plus raffinés de l’art, de l’histoire et de la culture de la ville ? Découvrez dès maintenant tout ce que vous devez savoir avant de partir à la découverte de Reykjavík et des environs.
 
L'Islande est surtout connue dans le monde pour son environnement naturel, ses aurores boréales, ses gigantesques glaciers, ses incroyables chutes d’eau, la beauté des Hautes Terres et, bien sûr, pour son activité volcanique débordante. Du coup, les gens qui viennent visiter la terre de glace oublient souvent de réfléchir à ce qu'ils vont faire quand ils seront Reykjavík.

Pourtant, la capitale regorge de surprises et de lieux qui attirent des gens intéressés par toutes sortes de choses.

Reykjavík durant la nuit
Ainsi, les mordus d’histoire se laisseront surprendre par les bâtiments anciens de la ville et les vestiges de son passé viking et médiéval ; et les amateurs de culture se délecteront de lieux tels que la salle de concert Harpa ou l’église Hallgrímskirkja.

Les passionnés d’arts visuels trouveront partout dans Reykjavík d'impressionnantes statues et sculptures, ainsi que du street art ; quant aux amoureux de la nature, ils pourront admirer de nombreux paysages exceptionnels sans même avoir à quitter la ville.

Cependant, quand on passe une journée ou plus à explorer les rues de la capitale, ce ne sont pas seulement les différents lieux touristiques que l'on découvre qui font de cette sortie un moment inoubliable. En effet, Reykjavík est une ville de contrastes, et cela lui donne un charme indéfinissable.

Les vieilles demeures aux toits en étain colorés s'organisent autour de constructions qui font la part belle à la modernité et à l’innovation ; les petites rues escarpées bordées de bâtiments désordonnés débouchent soudain sur de grands espaces verts ; et l'on trouve toujours des lieux propices à la détente et à la méditation à quelques pas du centre-ville bouillonnant.

Mairie de Reykjavík

La capitale de l’Islande donne l’image à la fois d’une communauté soudée et d'une ville tournée vers l’avenir. Outre ses sites touristiques et son charme naturel, Reykjavík accueille ses visiteurs avec une multitude de galeries, de musées, de boutiques et de bars, mais aussi avec des manifestations culturelles et autres festivals qui se succèdent tout au long de l’année. Reykjavík est l’étoile montante du palmarès mondial des capitales culturelles.



Comment visiter Reykjavík 

Il existe de multiples façons de visiter Reykjavík, il y en a même de plus en plus compte tenu du nombre croissant de visiteurs qu’elle reçoit. On estime que près de 2 millions de personnes devraient passer par la capitale en 2017, et de nombreuses formules d’excursions sont proposées pour satisfaire l’inévitable diversité des goûts que suppose un tel chiffre !

Toits colorées des maisons de ReykjavikPhoto de Visite de Reykjavik à pied

Des visites guidées à pied sont organisées toute l’année. Elles suivent un itinéraire déterminé par une sélection de lieux emblématiques, et beaucoup sont gratuites, même si vous pouvez toujours vous payer une excursion privée, et la combiner avec des activités culturelles telles que la dégustation de bière.

Il existe des bus hop-on hop-off, très utiles pour élargir l'éventail des destinations possibles dans la ville sur une période de temps plus longue, ainsi que des visites guidées en minibus et des excursions privées en voiture. Celles et ceux qui aiment faire de l’exercice trouveront également des visites à vélo.

Mais si ces formules ne sont pas encore assez audacieuses à votre goût, il existe toutes sortes d’excursions aériennes qui vous permettront de découvrir les monuments emblématiques de la ville et les paysages environnants sous un angle unique.

Ces sorties à émotions fortes sont possibles en hélicoptère ou en avion. De plus, tout est pensé pour que la commodité soit à la hauteur de l’exaltation, puisque vous décollez de l’aéroport de Reykjavík (et non de Keflavík), toute l’année durant, tant que les conditions météo le permettent.

Vue de Reykjavik depuis le cielPhoto de Survol de Reykjavik en hélicoptère

Cependant, une dernière solution consiste à découvrir les principaux centres d’intérêt par vous-même, tout simplement, et de concevoir votre parcours sur mesure, en fonction de vos préférences qu’elles soient plus portées sur l’histoire, la culture, l’art ou la nature.

Sites historiques à Reykjavík    

D’après le Livre de la colonisation, les premiers habitants de Reykjavík se sont installés en 874 apr. J.-C. ; et ce long passé fascinant imprègne encore aujourd'hui un grand nombre des sites les plus célèbres de la ville. Avec la maison dans laquelle ont été jetées les bases de la fin de la Guerre froide, le plus ancien parlement en activité au monde, ou les vestiges vikings vieux de 10 siècles, Reykjavík regorge de sites qui captiveront à coup sûr les passionnés d’histoire.

La maison Höfdi 

La maison Höfði est remplit d'histoireCrédit photo: Wikimedia, creative commons, photo de Polarlys

La maison Höfdi est l’un des sites historiques d’Islande les plus connus au monde. Ancien siège du consulat de France dans le pays, en 1986, elle a joué un rôle d’ampleur historique que sa modeste envergure ne laisse guère imaginer. C'est ici, en effet, que s'est tenu le sommet de Reykjavík, où le Président Reagan et le Secrétaire Gorbachev se sont rencontrés en pleine guerre froide en vue de négocier une éventuelle interdiction des missiles balistiques. 
 
Si les discussions se soldèrent par un échec, en levant le voile sur les concessions que chaque camp était prêt à faire, le sommet de la maison Höfdi allait s’avérer une étape indispensable à l’adoption en 1987 du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire. Beaucoup d’observateurs considèrent également que cette rencontre a marqué le début de la fin de la Guerre froide.

L’Althingi et la cathédrale 

Le parlement le plus vieux du monde se situe à ReykjavikCrédit photo: Wikimedia, creative commons, photo de Zinneke 

Dans le centre-ville, le Parlement islandais (l’Althingi) et la cathédrale de Reykjavík se dressent côte à côte. C'est après avoir passé plus de sept siècles dans le Parc national de Thingvellir que le parlement a été déplacé ici en 1849, afin de centraliser le pouvoir politique à Reykjavík.

Althingi est le plus vieux parlement en activité au monde, et lorsqu’on s’en approche, il n'est pas rare d’être le témoin de la vie démocratique islandaise à l'œuvre, car les rassemblements de protestation devant les portes d’entrée sont fréquents. Certaines manifestations en Islande ont déjà eu un retentissement international de par leur ampleur, notamment suite à la crise économique et à l’affaire des Panama papers.

La cathédrale de Reykjavik est moins impressionnante que l'architecture d'Hallgrímskirkja mais remplit d'histoireCrédit photo: Wikimedia, creative commons, Photo de JuTa

La cathédrale de Reykjavík est bien souvent négligée, car beaucoup de gens pensent que le principal lieu saint de la ville est Hallgrímskirkja, l’église qui surplombe la ville. Pourtant, cette construction à l’architecture étrange est la plus vieille église de Reykjavík, puisqu’elle a été consacrée en 1796. Son style luthérien épuré dit beaucoup de l’histoire religieuse en Islande.

Le Bureau du Premier ministre et Menntaskólinn í Reykjavík  

La foule devant le bureau du premier ministre en IslandePhoto de Matito

Le Stjórnarrádshúsid, sur le square Lækjartorg situé à deux pas du centre historique, est le bâtiment qui abrite le Bureau du Premier ministre depuis 1904. Très bien situé par rapport au centre-ville, dénué de grilles et sans dispositif de sécurité visible, le bâtiment dit beaucoup de l’atmosphère pacifique et apaisée qui règne en Islande (mais il peut également dire beaucoup du mécontentement des gens vis-à-vis du gouvernement, lorsqu’il est couvert de papier toilette et de graffitis !).

La plus vieille école en Islande : Menntaskóllin í Reykjavik.

Le siège du gouvernement se trouve dans la même rue que la plus vieille école d’Islande, Menntaskólinn í Reykjavík. Cette école a été fondée en 1056, dans le siège épiscopal de Skálholt, puis déplacée à Reykjavík en 1786, et enfin installée sur le site actuel en 1846.

Les vestiges de la maison longue 

exposition Reykjavík 871±2 Photo de L’exposition Reykjavík 871±2

 

Même si, au départ, cette liste de lieux touristiques ne devait pas englober les musées, l’exposition Reykjavík 871±2 doit faire exception, car elle est absolument incontournable pour les passionnés d’histoire. À l'intérieur, on peut voir les vestiges archéologiques de la plus vieille demeure découverte à ce jour dans la région de Reykjavík, et dont certains éléments datent du 9e siècle. On y trouve également l’entrée et un reste de mur d’une maison longue du 10e siècle.
 
Le tarif de l’exposition Reykjavík 871±2 est fixé à 1600 ISK pour les adultes, et l’entrée est gratuite pour les moins de 17 ans, ainsi que pour les plus de 67 ans. Elle se trouve dans la rue Adlstræti, la plus vieille rue de Reykjavík, dans laquelle on peut voir des bâtiments datant de la moitié du 18e siècle.



Laugavegur  

La rue la plus animée de ReykjavikPhoto de Happy Hour | Les bières les moins cher de Reykjavík

Laugavegur est la principale rue commerçante de Reykjavík, réputée pour ses boutiques, ses restaurants et ses bars. Mais il s’agit également d’une des plus anciennes rues d’Islande. Son nom signifie « rue du lavoir » ou « rue de l’eau », car c'est ici que les habitants venaient laver leurs vêtements dans les sources chaudes du Laugardalur.

La rue fut revêtue en 1885, et elle est encore aujourd’hui bordée de bâtiments historiques, comme le plus vieux restaurant de Reykjavík, le Prikid, et le lieu de naissance du seul prix Nobel islandais, l’écrivain Halldor Laxness.



Lieux culturels à Reykjavík  

La vie culturelle à Reykjavík a littéralement explosé aux 20e et 21e siècles. Avant la Seconde Guerre mondiale, la ville n’avait guère de lieux culturels capables de se démarquer, que ce soit de beaux bâtiments ou des lieux quelconques dans lesquels les gens puissent jouir des arts et se rassembler. Mais avec la croissance économique de l’après-guerre, et le développement majeur du tourisme qu’elle allait bientôt provoquer, Reykjavík s’est développée incroyablement vite, au point qu’elle a été désignée comme l’une des neuf capitales européennes de la culture en 2000

L’église Hallgrímskirkja 

Hallgrímskirkja est l'un des sites les plus connus de Reykjavik

Hallgrímskirkja est probablement le bâtiment le plus emblématique de Reykjavík. Culminant à 74,5 m de haut, elle est l’une des constructions les plus hautes du pays, une impression de grandeur d’autant plus marquée qu’elle a été implantée au sommet d’une colline. Cette église luthérienne a été consacrée en 1986, après 41 ans de travaux et a été baptisée du nom du poète et ecclésiastique du 17e siècle, Hallgrímur Pétursson.
 
La beauté de cette église tient essentiellement à sa diversité esthétique. Typiquement islandaise, l’église a hérité de trois grandes influences : la simplicité architecturale du protestantisme, les colonnes de basalte hexagonales que l'on retrouve un peu partout dans le pays (et tout particulièrement à la cascade de Svartifoss), et la forme de marteau de Thor, le dieu du Tonnerre dans la mythologie nordique.

Vue de Reykjavik depuis l'église Hallgrimskirkja

L’entrée de l’église est libre, et sa vaste nef, son énorme orgue et ses œuvres d’art raffinées en font un lieu magnifique. Il est également possible de monter dans le clocher, dont le sommet offre une vue imprenable sur les toits en étain colorés de Reykjavík et la nature environnante. L'ascension dans le clocher coûte 900 ISK pour les adultes, et 100 ISK pour les enfants âgés de 7 à 14 ans.

Salle de concert Harpa  

En dépit d'être une nouvelle construction, Harpa fait maintenant partie intégrante de la ville.

Depuis son inauguration en 2011, la salle Harpa est venue concurrencer l’église Hallgrímskirkja pour le titre du bâtiment le plus représentatif de la capitale. Véritable prouesse d’architecture moderne, avec sa façade de verre composée de fenêtres de toutes tailles, la salle Harpa a été conçue comme une évocation des paysages basaltiques de la nature islandaise. À l’intérieur, l’acoustique est une des meilleures au monde, et elle est régulièrement mise au service des sonorités déjà fantastiques en soi de l’Orchestre symphonique d’Islande et de l’Opéra national qui y ont élu domicile.
 
La construction a duré quatre ans, mais elle a été ralentie par la crise économique de 2007/2008. Au début, on a pu craindre que les travaux ne doivent être arrêtés pour limiter les coûts, mais depuis qu'ils sont terminés, l’activité est restée rentable. Désormais, la salle Harpa accueille des concerts d’artistes étrangers, des spectacles de toutes sortes, tels que des ballets ou des comédies, ainsi que des festivals extrêmement populaires comme Airwaves et Sónar.



Le Théâtre national      

Iceland's National TheatreCrédit photo: Le Théâtre National, www.leikhusid.is 

Le Théâtre national de Reykjavík qui a ouvert ses portes en 1950 est connu pour son architecture hors du commun, et pour la grande qualité des saisons culturelles qu'il propose. Si la plupart des pièces, classiques ou contemporaines, sont en islandais, certaines sont jouées en anglais. On peut aussi y voir des spectacles de marionnettes et des représentations pour enfants. De nombreux spectacles qui ont débuté ici ont reçu des prix nationaux et internationaux, et sont partis en tournée à travers le monde.



Sites d’art à Reykjavík      

Parmi les choses les plus remarquables à voir à Reykjavík, on trouve les nombreuses œuvres d’art disséminées dans l’espace public. Avec ses statues historiques ou ses fresques peintes sur les murs, Reykjavík est une ville d’art dont les rues sont le meilleur témoignage du talent et du dévouement artistiques de ses habitants. En visitant la ville, celles et ceux qui sont sensibles à ce savoir-faire se laissent toujours envoûtés par les œuvres que je vais à présent lister ci-dessous.

Le Sun Voyager   

Le Sun Voyager, représente un bateau viking.
 
Le Sun Voyager, telle la vigie de Reykjavík, est tourné vers l’horizon et semble regarder le massif de l’Esja, de l’autre côté de la baie de Faxaflói. Ce que son concepteur, Jón Gunnar, a voulu qu'il représente apparaît clairement lorsqu'on regarde l'œuvre d’en haut : elle symbolise la tentation de l’aventure, le désir de découverte, le besoin d’aller de l’avant, et le pont qui relie l’univers du rêve à celui de l’éveil. Considérée comme une « ode au soleil », vous avez là la sculpture la plus célèbre de Reykjavík.
 
Au départ, le Sun Voyager fut proposé en 1986 pour concourir dans une compétition destinée à sélectionner une œuvre d’art commémorative pour le 200e anniversaire de l’existence officielle de Reykjavík. Il a été dévoilé le jour de « l’anniversaire » de la capitale, le 18 août 2000. Malheureusement, Gunnar n’était plus là pour assister à la cérémonie d’inauguration, mais avec cette sculpture, la marque et le message qu'il a laissés derrière lui sur la ville l'ont fait entrer dans l’histoire à tout jamais.

 Le jardin de sculptures Einar Jónsson  


Une des sculptures d'Einar Jónsson

Einar Jónsson fut l’un des artistes les plus talentueux et les plus novateurs qu’ait connus l’Islande. Né en 1874, il a passé vingt ans de sa vie à l’étranger pour apprendre la sculpture, un art largement méconnu dans l’Islande de l’époque. Bien décidé à se démarquer des autres sculpteurs, et à ouvrir une voie nouvelle dans son art, il s'est forgé une telle réputation internationale que l’Althingi l’a invité à revenir au pays pour mettre son talent au service de la nation, en lui fournissant un atelier et un logement.
 
Jusqu’en 1954, il a alors essentiellement travaillé à base de plâtre et créé d’incroyables œuvres qui pouvaient parfois lui prendre jusqu’à dix ans de travail. La plupart de ses œuvres est désormais exposée dans le jardin de sculptures qui porte son nom, et qui se trouve juste à côté de l’église Hallgrímskirkja. L’entrée du jardin est gratuite, et toute personne initiée ou passionnée par les grandes œuvres d’art se laissera immanquablement envoûter en venant faire une petite promenade ici. Le musée Einar Jónsson se trouve au même endroit. Les tarifs sont fixés à 1000 ISK pour les adultes, et 500 ISK pour les plus de 67 ans. L’entrée est gratuite pour les enfants.

 

Autres sculptures    

Sous l’influence d’Einar Jónsson, l’art de la sculpture s’est répandu en Islande. Toujours est-il que c'est à lui que les rues de la ville doivent leurs œuvres les plus remarquables. C'est lui, par exemple, qui a sculpté les statues qui trônent devant le Bureau du Premier ministre : celle du roi du Danemark Christian IX qui tend à la nation islandaise sa première constitution, et celle de Hannes Hafstein, nommé Premier ministre après que l’Islande ait obtenu son autonomie politique. On lui doit également la statue du fondateur de Reykjavík, Ingólfur Arnarson, qui se dresse sur la colline Arnarhóll en surplomb du centre-ville.
 
Mais de nombreux autres artistes ont également sculpté les figures marquantes de l’histoire du pays. Par exemple, on trouve une statue de Leif Eriksson devant l’église Hallgrímskirkja. Il s’agit du premier Européen à avoir atteint les Amériques, et la statue a été offerte à l’Islande par les États-Unis en 1930. On peut également citer le poète Tómas Gudmundsson, assis sur un banc du centre-ville, qui est l'œuvre de Halla Gunnarsdóttir.

'Poète de Reykjavík', Tómas Guðmundsson

Certaines œuvres représentent également la vie quotidienne des gens ordinaires d’aujourd'hui (comme les sculptures du « Fils », de la « Fille » et du « Musicien » d’Ólöf Pálsdóttir), mais aussi des temps passés. Parmi ces dernières, la plus connue est sans doute « La porteuse d’eau » d’Ásmundur Sveinsson, qui rend hommage aux femmes qui transportaient l’eau entre Laugavegur et les habitations.

'Le monument au Bureaucrate inconnu'Monument to the Unknown Bureaucrat, in Central Reykjavík

Mais toutes les sculptures ne sont pas figuratives. On trouve également des productions abstraites, telles que l'œuvre entortillée de Gerdur Helgadóttir, tout simplement appelée « Sculpture ». D’autres sont plus politiques, comme le « Mémorial du bureaucrate inconnu » de Magnús Tómasson illustré ci-dessus. Le « Cône noir, Monument à la désobéissance civile », de Santiago Sierra, symbolise la conscience du peuple qui vient à bout de la corruption, à travers un petit cône de métal qui vient fissurer et séparer en deux un gros rocher.

Le street art à Reykjavík  

Le street art est un peu partout à Reykjavik

L’une des choses incontournables à voir quand on visite Reykjavík est le street art aussi riche que stimulant qui se loge un peu partout dans les rues. Inspirées de la musique, du folklore islandais ou fruit de l’imagination pure, de magnifiques peintures s’étalent sur les murs de la ville pour le plus grand plaisir des promeneurs.
 
Les œuvres sont trop nombreuses pour en faire la liste complète, mais quelques-unes des plus remarquables ont été réalisées pendant la campagne WALL-POETRY en 2015, née de la collaboration entre l’Airwaves Festival et le centre d’art de Berlin, Urban Nation. Dix artistes urbains et dix musiciens ont travaillé ensemble à la création de peintures murales dans toute la zone occupée par le festival. En illustrant leur talent respectif dans chacune des disciplines, ils ont complètement modifié le visage de la ville.

Une des oeuvres les plus connues de l'artiste australien Guido van Helten.

Mais le street art le plus apprécié, et probablement aussi le plus connu, est à découvrir dans le quartier historique du vieux port où il tient le haut du pavé depuis 2013. L’artiste australien Guido van Helten a peint des représentations à la fois réalistes et vintage sur des murs abandonnés, et c’est ainsi que l’un des quartiers les plus délabrés de Reykjavík est devenu l’un des plus célèbres !



Sites naturels à Reykjavík  

Reykjavík a beau être une capitale, elle est au cœur de la nature islandaise. Par temps clair, la ville offre de nombreux points de vue sur les paysages volcaniques et désertiques de la péninsule de Reykjanes, sur les pics enneigés de la péninsule de Snæfellsnes, et sur les sommets ténébreux des Bláfjöll (« les monts bleus », en islandais). De plus, la ville regorge d’espaces verts où l'on peut s’évader, loin du brouhaha du centre.

Le phare de Grótta

Le phare de Grotta à Reykjavik sous les aurores boréales
Le phare de Grótta est un endroit magnifique situé à Seltjarnarnes, et d’où l'on peut profiter de vues imprenables sur la ville, l’océan et la nature environnante. Paisible et romantique, voilà un lieu idéal pour conclure votre visite, loin de l’agitation de la capitale. Le mieux est encore d’y passer au moment du coucher ou du lever du soleil, et si possible pendant une nuit claire d’hiver pour mettre à profit les grandes chances que vous avez alors de voir des aurores boréales.
 
Et pour parachever votre moment de détente dans ce lieu si paisible, vous pouvez même vous réchauffer les pieds dans une petite source chaude. Il est également possible de rejoindre le phare en suivant un petit chemin, mais seulement à marée basse. En effet, à marée haute, il est sous les eaux, et des gens sont déjà restés pris au piège !

Perlan et Öskjuhlíd  

Perlan de nuitCrédit photo: Wikimedia, creative commons, Photo de Tillea Benutzer 

Avec l’église Hallgrímskirkja et la salle Harpa, Perlan (ou « la Perle ») est l’un des monuments les plus connus de Reykjavík. Juché au sommet d’une colline boisée appelée Öskjuhlíd, il s’agit d'un dôme dont le sommet était jadis un restaurant rotatif. Il dispose d'une plate-forme panoramique accessible à tous gratuitement, et d’où l'on peut admirer la forêt, la ville, la côte et les montagnes environnantes.
 
La forêt d’Öskjuhlíd constitue un refuge parfait pour celles et ceux qui veulent fuir le bruit et la foule. La densité des bois ne laisse rien transparaître de la ville, et à aucun moment vous n’avez le sentiment d’être dans une capitale. On trouve ici également de nombreux sentiers de randonnées très agréables.

Certains d’entre eux conduisent aux fortifications de la Deuxième Guerre mondiale qui, heureusement, n'ont jamais servi ; d’autres à un temple d’Ásatrú, la religion des dieux de la mythologie nordique. Juste en dessous de la forêt se trouve la plage artificielle de Nauthólsvík. Chauffée en partie par la géothermie, elle permet de nager dans les eaux glacées de l’Atlantique Nord sans trop de difficulté.

Parc de Laugardalur    

Laugardalur en étéCrédit photo: Wikimedia, creative commons, Photo d'Helgi Haldórsson

Le parc de Laugardalur est un grand espace vert situé dans la ville, qui possède de nombreux atouts capables d’attirer les touristes qui visitent Reykjavík. On y trouve un jardin botanique, avec une grande variété de fleurs et de plantes arctiques, ouvert toute l’année, mais qu’il est tout de même préférable de visiter en été lorsque lorsqu’il est en fleur. Le Parc animalier et familial est ouvert toute l’année et abrite une foule d’animaux islandais à admirer, tels que des renards polaires et des rennes.


C'est également dans ce parc que se trouve Laugardalslaug, la plus grande piscine de Reykjavík équipée de toboggans, de bains à remous, de saunas, de hammams, et de grands bassins. Le Laugardalur est l’occasion de se familiariser avec la faune et la flore islandaises, tout en profitant de son activité géothermale sans quitter la ville.

Île de Videy  

La tourCrédit photo: Wikimedia, creative commons, Helgi Halldórsson

La dernière destination de cette liste n'est accessible qu’en bateau, mais c'est une belle expérience pour les amateurs d’histoire et de culture qui chercherait en endroit calme et sauvage. Les départs de bateaux qui conduisent à Videy, une île située à proximité des côtes de Reykjavík, sont quotidiens en été, et limités aux weekends en hiver. 
 
De nos jours, l’île est inhabitée, mais elle a plus d'un tour dans son sac pour séduire les visiteurs. L’île abrite encore des ruines datant de l’époque où elle a été colonisée, et que vous pouvez explorer à pied. Quant aux constructions qui ont survécu au temps, elles sont riches d’histoire. L'église de l’île est une des plus vieilles du pays, et la Maison de Videy est la première construction en pierres d’Islande.
 
Videy accueille également deux grands projets artistiques. Le « Milestone Project » de Richard Serra est exposé ici depuis 1990. Plus récemment, l’arrivée d’une nouvelle œuvre a beaucoup fait parler d’elle. En effet, l’île accueille désormais la Tour Imagine Peace de Yoko Ono qui, à certains moments de l’année, envoie dans le ciel nocturne des rayons lumineux qui symbolisent le message de paix de John Lennon.



Vue de la ville depuis la mairie de Reykjavik
Au fil du temps, Reykjavík est devenue une ville vivante, moderne et unique en son genre. De par la richesse de son histoire, de sa culture, de son art et de son environnement naturel, elle attire des gens curieux de tout. Et comme les visiteurs sont de plus en plus nombreux, on peut penser qu’elle va continuer à progresser, à se développer et à prospérer.