l'intérieur de l'Islande est l'une des régions les plus sauvages d'Europe

Qu'appelle-t-on les Hautes Terres en Islande ? Quel est le Top des lieux à visiter dans l'intérieur de l'île ? Ces lieux sont-ils accessibles toute l'année ? 

Avec une superficie de plus de 40 000 km2, les Hautes Terres islandaises font partie des plus grandes régions non habitées d’Europe. Elles sont à la fois le cœur vibrant de notre Islande et la faille terrestre où se forme la planète à travers les volcans ancestraux de la vallée dorsale médio-atlantique. 

Les Hautes Terres constituent une concentration d’énergie à l’état pur, un endroit où de nouvelles terres se forment et où les anciennes terres sont repoussées vers l’ouest et l’est sur les plaques tectoniques eurasiatique et nord-américaine.

montagnes de rhyolite au Landmannalaugar  Les Hautes Terres islandaises au printemps. 

Les Hautes Terres du Sud se sont essentiellement formées au cours de la dernière ère glaciaire et constituent à ce titre la partie terrestre la plus jeune issue de ce processus géologique formidable. Elles regroupent un grand nombre des plus beaux sites naturels d’Islande qui attirent les voyageurs en quêtes d'aventure visitant l'Islande en été. 

Lorsque les neiges ont fondu et que les routes de montagne ouvrent à la circulation, vous trouvez dans les Hautes Terres du Sud ce que je considère comme les 5 meilleures destinations de toutes les Hautes Terres. Elles sont toutes accessibles en bus ou en autotours au départ de la capitale du pays, Reykjavik

Les routes menant au Landmannalaugar ouvrent généralement entre fin juin et début juillet et jusqu'à septembre. N'hésitez pas à consulter l'état des route sur le site des routes islandaises.



5. Thórsmörk

Nichée entre trois glaciers — l’Eyjafjallajökull, le Mýrdalsjökull, et le Tindafjallajökull — se trouve la réserve naturelle de Thórsmörk (« la forêt de Thor », en islandais).

Avec ses paysages étranges de rivières blanches agitées qui courent à travers un désert de sables noirs, contrasté par des oasis de mousse fraîche, de fougère et de bouleaux, Thórsmörk est l’un des sites de randonnées les plus prisés d’Islande.

Thorsmork signifie la vallée de Thor  Le paysage contrasté de Thórsmörk. Photo d’Iurie Belegurschi.

À l’horizon de Thórsmörk se détache une couronne de crêtes montagneuses menaçantes, dont les pics enneigés sont le plus souvent enveloppés d'une brume à la fois inquiétante et hypnotisante. Elle se forme à la rencontre de l'air chaud de la vallée et de l'air froid des glaciers.

Avec ses canyons tortueux et ses innombrables grottes silencieuses, cet ensemble montagneux est un véritable paradis pour les marcheurs, un des parcours de randonnées les plus remarquables d’Islande. 

flanc du Fimmvörduháls juste après son éruption en 2010  Explorateurs sur la ligne de crête du Fimmvörduháls. 

Les 30 km du sentier du Fimmvorduhals vous conduisent à travers les collines escarpées situées aux pieds de l’imposant volcan-glacier d’Eyjafjallajökull, sur la ligne de crête du mont Fimmvörduháls et jusqu’aux fumerolles des cratères qui se sont formés lors de la dernière éruption volcanique de 2010.

Un autre des sentiers de randonnées les plus connus d’Islande (de 55 km), le Laugavegur, part de Thórsmörk pour un véritable voyage hypnotique dans le temps et l’espace à travers le Landmannalaugar



4. Landmannalaugar

Avec ses contours réguliers et balayés par le vent, cette merveille géothermique est située juste à côté de la coulée de lave (en pierre d’obsidienne) de Laugahraun dont les bordures sont  acérées comme des lames de rasoir . Elle est entourée également de montagnes de rhyolite dont les couleurs vives changent sans cesse au gré de la lumière du jour. 

les montagnes de rhyolite du Landmannalaugar changent de couleur avec le soleil  Les montagnes de rhyolite du Landmannalaugar. 

Une excursion dans le Landmannalaugar vous conduit au fascinant lac de cratère de Ljótipollur, aux fumerolles et dépôts de souffre du volcan haut en couleur de Brennisteinsalda (littéralement, « la vague de souffre »), avant de vous faire profiter d’une vue panoramique sur cinq glaciers et la totalité du Landmannalaugar depuis le sommet du magnifique volcan de Bláhnúkur (« le pic bleu »). 

source chaude au Landmannalaugar, idéale après une randonnée  Les bains du Landmannalaugar. Photo de Landmannalaugar Super Jeep Tour

Et pour finir en beauté votre journée de randonnée, rien de tel qu’une petite baignade dans les sources chaudes naturelles du Landmannalaugar où, depuis des siècles, les voyageurs fatigués viennent récupérer après leur journée de marche.  



3. Le volcan Hekla

Situé à 30 km à l’ouest de Landmannalaugar, l’Hekla est l’un des volcans les plus actifs de la planète. 

Responsable de plus de vingt éruptions aux conséquences catastrophiques depuis l’existence de l’Islande, cette fournaise primordiale a recraché en volume plus de lave que n’importe quel volcan actif au monde et inspiré plus de mythes et légendes qu’aucun autre phénomène naturel islandais. 

Le Mont Hekla est situé dans les hautes terres en Islande, dans le sudL’Hekla s’élève à 1500 mètres d’altitude dans les cieux des Hautes Terres du sud, comme une épée de Damoclès menaçant la quiétude fragile des nuits d’été. 

La première éruption connue de l’Hekla s’est produite en 1104, après quoi des histoires extraordinaires se sont rapidement répandues dans toute l’Europe, des récits prétendant que le volcan était lié à des entités démoniaques, à la magie noire et finalement à l’enfer et au diable lui-même.

Toutes sortes de moines, de prêtres et autres hommes d’église se mirent à haranguer les foules en expliquant que l’Hekla était la porte de l’enfer sur Terre. On prétendait ainsi que les âmes des criminels, des fornicateurs, des femmes noyées et des mécréants étaient emportées sur leur dos par des démons jusqu’au sommet de l’Hekla ; alors, le diable récitait ses psaumes puis torturait les damnés dans la glace et la neige, avant de les porter sur les flammes puis de les torturer à nouveau dans la neige — de sorte que, bien entendu, les damnés ne s’accoutument jamais du feu !

Une carte de 1585 montrant l’Hekla en éruption.  Le texte dit : « L’Hekla, condamné aux tempêtes et aux neiges éternelles, vomi des pierres dans un bruit assourdissant »

D’après le Flateyjarbók (littéralement « Livre de l’Île-plate » d’après le nom de l’île Flatey), des témoins affirment avoir vu des âmes en forme d’oiseau affluer en masse dans la fournaise du volcan pendant l’éruption de 1341, et vers la moitié du 16e siècle, l’érudit et médecin allemand Caspar Peucer pensait pouvoir conclure que les portes de l’enfer ne pouvaient pas être ailleurs sur Terre que dans « les abîmes insondables du Mont Hekla »... 

La croyance populaire selon laquelle les portes de l’enfer se trouvaient dans l’Hekla a persisté jusqu’à la fin du 19e siècle, mais aujourd’hui, les paysages apocalyptiques du volcan attirent les visiteurs du monde entier avides de gravir ses pentes vertigineuses.

En été, il est sympa de randonnée sur les flancs d'Hekla Les pentes de l’Hekla en été. Photo Börkur Sigurbjörnsson, Wikimedia Creative Commons.

Il faut compter 3 à 4 heures de marche pour atteindre le sommet de l’Hekla, mais en hiver il existe une excursion en motoneige qui permet d’y accéder plus vite. On peut se rendre à l’Hekla grâce au bus du Landmannalaugar, et il est possible de passer la nuit ou de camper dans des fermes de la région ou dans le Centre des visiteurs de Hekla Leirubakki. 

Bien que l’Hekla soit entré en éruption tous les dix ans environ depuis 1970, la dernière en date s’étant achevée en février 2000, les excursions sur le volcan ne sont pas dangereuses. Une équipe de scientifiques garde en permanence à l’œil l’Hekla et ses environs, si bien qu’au moindre signe d’activité volcanique, plus personne n’est autorisé à approcher du volcan.



2. Kerlingarfjöll 

En été, en partant du Landmannalaugar, n’importe quel véhicule à transmission intégrale (4x4) peut vous emmener sur le col accidenté et désertique de Kjölur, ainsi que dans les monts Kerlingarfjöll, une chaîne de montagnes qui recèlent quelques-uns des paysages les plus étranges et les plus surréalistes au monde. 

Les collines de Kerlingarfjöll L’été dans les Kerlingarfjöll Photo de Krator, Wikimedia Creative Commons. 

Situées entre les glaciers du Hofsjökull et du Langjökull, les Kerlingarfjöll (« les montagnes de la vieille dame », en islandais) et la région environnante regroupent une grande variété de paysages aussi fantastiques qu’étranges composés de spectaculaires formations volcaniques, de mini glaciers, de points à forte activité géothermique, de dômes de rhyolite et de caldeiras ancestrales.

Pendant des siècles, les Kerlingarfjöll n’ont presque jamais été explorées, car la région était considérée comme trop lointaine et trop difficile à arpenter, et ce, malgré le passage à proximité de la route des Hautes Terres de Kjölur, principale connexion entre le nord et le sud de l’Islande. 

Vers la moitié du 20e siècle, cependant, une station de ski estivale fut implantée dans la région permettant aux Islandais de pratiquer les sports de glisse sur les glaciers en retrait et sur la neige ayant survécu au printemps.  

En l’an 2000, en raison d’un été exceptionnellement chaud, la quasi-totalité des neiges de l’hiver et des glaciers présentes sur les pentes avait fondu, mais la station des Hautes Terres Kerlingarfjöll n’a jamais cessé de fournir hébergements, restauration et autres services à un flux continu de voyageurs attirés par l’énergie brute qui se dégage de ce cadre fantastique.  



1. Hveradalir

la zone d'Hveradalir est remplie de collines colorées et de sources chaudes Une des sources chaudes d’Hveradalir. Photo de l’autotour de 9 jours en camping 4x4

À 5 km environ de la station des Kerlingarfjöll, se trouve la zone géothermique d’Hveradalir, une vallée de sources chaudes qui offre suffisamment de sentiers de randonnées, balisés ou non, pour marcher pendant des jours ! Mais l’itinéraire pédestre qui permet de faire l’aller-retour entre la station des Hautes Terres Kerlingarfjöll et l’Hveradalir se fait facilement en une journée.

Hveradalir signifie la région des sources chaudes La zone géothermique d’Hveradalir. Photo de Laurent Deschodt, Wikimedia Creative Commons.

Fruit de la lutte constante que se livrent le feu et la glace, l’Hveradalir est une des plus vastes régions géothermiques d’Islande. Marcher dans l’Hveradalir, c’est faire un voyage dans un univers débordant d’énergie où les sources chaudes naturelles et la végétation arctique rivalisent avec les mini-glaciers qui, en se retirant, dévoilent des collines d’où dévalent les eaux de leurs glaces fondues... L’Hveradalir offre ainsi aux voyageurs le privilège de voir se former un paysage sous leurs propres yeux en temps réel.