Comment voyage-t-on en Islande par bateau de croisière, et quels sont les avantages par rapport au transport aérien?Comment aller en Islande en bateau de croisière, et quels sont les avantages par rapport à l’avion ? Où se trouvent les ports en Islande, et quels sont les activités et les sites d’intérêt que les passagers peuvent y trouver ? Quels sont les autres endroits d’Islande où les navires de croisière font généralement étape ? Découvrez dès maintenant tout ce qu’il faut savoir sur les croisières en Islande. 



SOMMAIRE

Les bateaux de croisière en Islande             

La croisière est l'une des façons les plus uniques de faire le tour de l'Islande.Crédit : TGEZGIN

Incontestablement, l’avion est le moyen le plus rapide et le moins cher de rallier l’Islande depuis l’étranger. Les compagnies aériennes ne cessent d’ouvrir de nouvelles lignes au départ des États-Unis, d’Europe et bien d’autres endroits dans le monde, et il n’a jamais été aussi facile de trouver un vol à un prix abordable.

En 2017, l’aéroport international de Keflavík a vu passer 8,8 millions de passagers par ces terminaux, un record qui devrait être encore battu en 2018. 

Mais ce sont environ 128 000 passagers de bateaux de croisière qui sont venus fréquenter les côtes islandaises la même année, autrement dit, loin d’être une option marginale, le transport maritime vers l’Islande représente une part considérable de l’économie du tourisme dans le pays.

En 2018, ces chiffres devraient encore augmenter puisqu’on prévoit que 167 bateaux de croisière devraient débarquer en Islande, pour un total d’environ 147 000 passagers. 



L’administration responsable des bateaux de croisière en Islande, l’Autorité portuaire de Reykjavík, a déjà publié ses prévisions pour 2019, avec 178 bateaux pour 191 000 passagers. Bref, au regard de ces données, et tant que le tourisme reste le moteur économique du pays, les Islandais peuvent donc s’attendre à une croissance constante du trafic maritime. 

Pourquoi aller en Islande en bateau de croisière ?              

Les bateaux de croisière de toutes formes et tailles sont un spectacle commun autour de l'Islande.Crédit : Excursions combinées Côte Sud et Cercle d’Or | En bateau de croisière

Pour commencer, certaines personnes ont tout simplement une peur panique de l’avion.

Quels que soient les statistiques, les mesures de sécurité draconiennes et le caractère tout à fait exceptionnel des accidents, certains voyageurs sont incapables de franchir la barrière psychologique nécessaire pour rester assis tranquillement sur leur siège à 10 000 m d’altitude. Le transport maritime, en revanche, bien que plus long, s’impose comme une solution logique aux phobiques de l’avion. De plus, il s’agit d’une façon de voyager beaucoup plus riche, puisqu’on a tout le loisir de profiter des nombreux équipements dont sont dotés les bateaux de croisière modernes. 



Pensez à ce qui différencie ces deux moyens de transport, l’avion et le bateau ! Avec l’avion, les voyageurs traînent de lourdes valises, doivent prendre en compte les frais de parking dans leur budget, passer par d’interminables files d’attente à l’aéroport — pas à celui de Keflavík, cela dit — pour finalement se retrouver entassés comme du bétail sur des sièges inconfortables, manger des repas qui laissent franchement à désirer, ou se voir proposer des snacks et des boissons hors de prix. 

Sur un bateau de croisière, les passagers ont de la place pour étendre leurs jambes, ils peuvent marcher sur le pont et respirer à pleins poumons l’air marin que font remonter les vagues. Ils peuvent piquer une tête dans la piscine, s’asseoir au comptoir d’un bar ou à la table d’un restaurant, faire du shopping, jouer au mini-golf et même assister à un spectacle. 

Bref, en matière d’efficacité, l’avion est certainement imbattable, mais il est totalement hors course si l’on s’en réfère à ce vieux proverbe de voyageur qui dit que « l'important, ce n'est pas la destination, c'est le voyage. ». 

Les vacances en bateau de croisière sont une institution à part entière, et si elles attirent et fidélisent souvent les passagers, c'est précisément en raison de ce mélange subtil de frisson et de détente qui caractérise les voyages en haute mer. Un rapide coup d’œil sur Internet vous permettra de réaliser à quel point les voyages en bateau de croisière se sont modernisés ! Ils sont désormais synonymes de grands toboggans aquatiques, de piscines en tout genre, de spas, de cinémas, de bowlings. Ces navires ne sont rien de moins que de véritables villes géantes flottantes. Rien d’étonnant à ce que les croisières suscitent un tel enthousiasme !



Les navires de croisière offrent aux passagers l'occasion de voir une faune islandaise unique.Photo issue de Sortie observation traditionnelle de baleines à Húsavík

Cependant, certains croisiéristes se désintéressent de toutes ces fantaisies technologiques proposées à bord, et privilégient cette connexion directe à la nature unique que seule permet une traversée en mer.

Que ce soit debout sur le pont, à l’affût de l’apparition d’un cétacé à la surface de l’eau, ou en passant vos soirées blotti sur une chaise longue à admirer l’incroyable ciel étoilé qui s’étend au-dessus de votre tête, la splendeur de la nature est partout, impossible d’y échapper !

L’Islande, déjà célèbre pour ses magnifiques paysages montagneux, ces lignes de côtes uniques et reconnaissables entre toutes, la richesse de sa faune et de sa flore, ne pouvait pas mieux convenir aux adeptes de croisière, qu’ils soient chevronnés ou novices.

Les différents ports d’Islande          

L'observation des baleines est l'une des excursions les plus populaires à travers le pays.Crédit : Au plus près de la nature | Baleines et oiseaux dans le fjord d’Eyjafjordur.

L’une des façons les plus prisées de découvrir l’Islande en bateau de croisière est de s’offrir un périple autour de la terre de glace et de feu, rythmé par des haltes dans différents ports du pays. De cette façon, les voyageurs peuvent découvrir toutes les régions d’Islande et se baigner un peu partout sur les côtes islandaises. L’Islande compte dix-huit ports :

Akranes: Akranes, dont la population s’élève à peu près à 7000 habitants, se trouve sur la côte Ouest de l’Islande, à environ quarante minutes de route de la capitale du pays, Reykjavík. La ville est équipée de quelques-uns des meilleurs équipements de loisirs d’Islande, et son port de pêche est probablement le plus traditionnel du pays. C’est un lieu de halte très prisé par les voyageurs qui se rendent sur la péninsule de Snæfellsnes. 

Akureyri: La « Capitale du Nord » de l’Islande possède l’un des plus beaux ports du pays. Entourée de fjords, de montagnes et de forêts, cette ville est probablement l’un des lieux les plus charmants pour débarquer en Islande. Célèbre pour ses jardins botaniques, ses sorties d’observation de baleines et sa fascinante architecture nordique, Akureyri est souvent considérée comme un passage absolument obligé pour quiconque reste un minimum de temps en Islande. 

Les bateaux de croisière ne sont rien de plus que des villes flottantes, tenant souvent plus de monde que de nombreuses villes d'Islande.Wikimedia. Creative Commons. Crédit : Penny Higgins. 

Djúpivogur: Avec ces quelques 470 habitants, travaillant dans différents secteurs d’activité essentiellement axés autour du poisson, la municipalité de Djúpivogur constitue l’un des plus adorables villages de pêcheurs des fjords de l’Est. Les voyageurs de passage dans la région peuvent également s’offrir une traversée jusqu’à la magnifique île de Papey, ou bien se rendre dans le centre sportif et les piscines des différents villages, ou même prendre le temps d’apprécier l’œuvre d’art dite des « œufs de Gledivík » !

Eskifjördur: Eskifjördur, située juste au Nord de Djúpivogur, dans les fjords de l’Est, entretient une fière et intime relation avec la mer, comme le montre la présence de son Musée maritime, sa vieille cabane de pêcheur — gardée intacte depuis les années 1940 — et les nombreuses jetées et sociétés de location de bateaux qui s’égrènent le long de son littoral. Nichée au milieu de ces splendides fjords, la ville a beaucoup à offrir à ses visiteurs qui peuvent aller se baigner dans la piscine géothermale, visiter le centre culturel ou bien encore découvrir les fantastiques sentiers de randonnée et pistes cyclables qui sillonnent la région.

Grundarfjördur: La ville de pêcheurs de Grundarfjördur, située sur la péninsule de Snæfellsnes, est surtout connue pour sa proximité avec le célèbre mont Kirkjufell qui, en plus de porter le titre de « montagne la plus photographiée d’Islande », a joué un rôle de premier plan dans la série fantastique Games of Thrones, où il est évoqué comme « la montagne en forme de pointe de flèche ». 

La péninsule de Snæfellsnes est connue pour ses côtes sauvages et impressionnantes.
Hafnarfjördur: Hafnarfjördur, troisième plus grande municipalité d’Islande —  avec ses 27 000 habitants —, est célèbre pour ses formations rocheuses côtières torturées, pour ses maisons de bourg typiques, et pour les mystérieux elfes, ou «  peuple caché », dont on dit qu’ils vivent dans la région. Doté d’un grand port et de deux quais importants, Hafnarfjördur constitue une étape toute trouvée pour les bateaux de croisière qui font le tour de l’île.

Höfn: Avec ses 1800 habitants environ, la ville de Höfn est considérée comme la porte d'entrée officielle du parc national de Vatnajökull, et constitue une halte naturelle pour les visiteurs qui parcourent la Côte Sud. 

Húsavík: Connue comme la destination numéro un en Europe pour l’observation de baleines et de dauphins, Húsavík a également eu jadis l’honneur d’abriter le musée phallologique islandais, déplacé depuis dans la capitale en 2011. Cette ville de 4000 âmes environ se trouve à proximité du lac Mývatn et du parc national de Vatnajökull, dans lequel se trouvent de véritables trésors tels que la cascade de Dettifoss et « la Merveille de la nature » qu’est la lagune glaciaire de Jökulsárlón.

Vestrahorn est l'un des monuments les plus célèbres de l'Est de l'Islande.
Ísafjördur: Ísafjördur est le plus grand port des fjords de l’Ouest, et le troisième plus fréquenté d’Islande par les bateaux de croisières. Il incarne à lui seul un aperçu de l’histoire maritime de la ville. Pour découvrir la fascinante relation que cette ville entretien avec la mer depuis toujours, rien de tel pour les voyageurs que de visiter le musée maritime islandais installé dans l’une des plus vieilles demeures d’Ísafjördur.

Raufarhöfn: Raufarhöfn, une des villes situées les plus au Nord de l’Islande, partage son activité économique entre l’industrie de la pêche et le tourisme. Ce dernier enregistre même actuellement une hausse surprenante au regard de la population qui dépasse à peine les 200 habitants. Bien que très prisée pour sa tranquillité et son environnement naturel immaculé, les voyageurs de passage à Raufarhöfn peuvent également passer la journée à explorer les lacs de Melrakkaslétta, le canyon en forme de fer à cheval d’Ásbyrgi, ou encore la cascade la plus puissante d’Europe, Dettifoss

Comme le suggère clairement la sculpture de Sun Voyager à Reykjavik, ce pays a une longue histoire liée au voyage océanique.

Reykjavík: Naturellement, la capitale est une étape incontournable pour les bateaux de croisière qui se rendent en Islande. Les passagers peuvent alors débarquer, partir à la découverte de la ville et s’offrir des excursions telles que le célèbre circuit touristique du Cercle d’Or, une session motoneige sur le glacier Langjökull ou du snorkeling dans la faille de Silfra. 

Seydisfjördur: pendant de très nombreuses années, Seydisfjördur a été le premier port de débarquement de l’Est islandais pour les bateaux de croisière et les ferrys. Et ce, entre autres raisons, parce que l’approche du port — 10 nautiques — est particulièrement sûre, puisqu’on n’y trouve ni eaux peu profondes ni récifs. Les croisiéristes qui débarquent à Seydisfjördur découvrent un village nordique traditionnel d’environ 700 habitants, dont les maisons en bois hautes en couleur sont surplombées par une couronne de montagnes aux sommets enneigés. 

Siglufjördur: Siglufjördur, commune la plus au Nord de l’Islande, n’était qu’un petit hameau avant que le boom de l’activité du hareng n’en fasse l’une des plus grandes villes du pays. Grâce à sa configuration à la fois pratique et abritée, tout au long de son histoire, le port de la ville a été régulièrement fréquenté par les navires de commerce danois et anglais, et ce depuis le Moyen-Âge. Bien qu’il n’y ait plus vraiment d’activité liée au hareng à Siglufjördur, la ville continue d’attirer toute une foule de visiteurs chaque année de par l’attrait de sa culture locale et le cadre naturel fantastique dont elle bénéficie.  

Maisons de gazon traditionnelles, comme on le voit en Islande.
Skagafjördur: Le fjord de Skagafjördur, situé dans le Nord de l’Islande, regorge de choses à faire, en allant des balades à cheval au rafting, en passant par le ski et le snowboard. 4300 personnes environ vivent dans cette région essentiellement connue pour avoir été longtemps l’épicentre du contrôle ecclésiastique sur l’Islande, et donc l’un des plus importants centres culturels du pays pendant plusieurs siècles. 

Stykkishólmur: Stykkishólmur, charmante ville de maisons nordiques traditionnelles, de parcours de golf et de piscines, est située sur la péninsule de Snæfellsnes, une région souvent décrite comme « l’Islande en miniature » en raison de l’incroyable richesse des sites d’intérêt que l’on y trouve. Elle est située à environ trois heures de route de la capitale islandaise, Reykjavík. 

Dynjandi est une série de chutes d'eau dans les fjords de l'ouest, les marquant comme l'un des sites les plus populaires de la région.
Vestmannaeyjar: L’île alors quasi inhabitée de Heimaey a été évacuée en 1973 après qu'une éruption volcanique a menacé de détruire la ville et le port qu’elle abritait. Heureusement, la coulée de lave a épargné le port, qui a échappé au déchaînement impitoyable des éléments de cette terre de feu.

Vesturbyggd: Dans la municipalité de Vesturbyggd, on trouve deux ports, Patreksfjördur et Bíldudalur, qui constituent d’excellents points de départ pour une excursion à la journée dans les fjords de l’Ouest.

Thorlákshöfn: Ce village de pêcheurs au charme désuet peut s’enorgueillir de posséder l’un des deux ports situés sur la pittoresque Côte Sud de l’Islande, l’autre se trouvant à Höfn. 

Bateaux de croisière et environnement               

Les réserves naturelles telles que Hornstrandir sont menacées par les passagers des navires de croisière qui font des arrêts injustifiés.Photo Wikimedia, Creative Commons, de Silverkey

À mesure que le trafic des bateaux de croisière à destination de l’Islande a augmenté année après année, l’impact environnemental de ces énormes navires a commencé à devenir un sujet d’inquiétude. Même si cela a également été le cas pour les compagnies aériennes et l'augmentation du nombre de vols reliant la terre de glace et de feu, il semblerait que les bateaux de croisière visitant le pays soient soumis à une législation moins exigeante, et que de ce fait, ils fassent souvent preuve d’un certain mépris à l’égard des questions environnementales.



L’un des principaux problèmes se présente lorsque les bateaux de croisière accostent au port. En effet, au cours de cette manœuvre, le bateau laisse tourner ses moteurs en permanence et brûle autant de combustible fossile brut que 10 000 voitures en une journée.

Pour résoudre ce problème, un grand nombre des plus grands ports de la planète ont désormais mis en place un système qui permet de connecter au système électrique de la ville le bateau qui souhaite accoster, ce qui lui permet d’éviter de brûler du carburant. À ce jour, cependant, aucun port d’Islande n'est équipé de ce système pour les bateaux de grande envergure, essentiellement pour des raisons financières. 

Au fur et à mesure que la dépendance de l'Islande vis-à-vis du tourisme continue de croître, ses habitants devront déterminer comment les menaces environnementales seront traitées dans les années à venir.

Un autre problème régulièrement soulevé est l’accès privilégié et illégitime à certaines réserves naturelles exceptionnelles, fragiles et isolées de l’île que les bateaux de croisière offriraient à leurs passagers. 

Thorsteinn Sæmundsson, un député du Parti du progrès qui se bat depuis longtemps maintenant pour combler cette faille écrivait en 2015 : « je tiens à dire qu’il est difficilement justifiable que des groupes de touristes puissent se faufiler à Hornvík, presque toutes les semaines, et piétiner là-bas tout un écosystème extrêmement fragile [...]. Nous avons bien du mal à organiser les déplacements autour de cette zone protégée, et nous devons mettre en œuvre tous les moyens qui sont à notre disposition pour empêcher les gens de pénétrer dans des zones où les moindres dommages provoqués sont irréversibles. »

À vrai dire, il y a de fortes chances que la plupart des croisiéristes ne soient pas réellement conscients des problèmes environnementaux associés aux voyages en haute mer. Cependant, pour favoriser un tourisme durable, il est indispensable que chacun d’entre nous fasse des recherches préalables sur ce qu’il peut faire et ce qu’il ne peut pas faire dans l’environnement naturel de sa destination de vacances. 


Vous avez apprécié cet article ? Êtes-vous déjà allé en Islande en bateau et, si oui, quels ont été selon vous les avantages et les désavantages de ce mode de transport ? Conseilleriez-vous à votre entourage de recourir aux bateaux de croisière en Islande ?

N’hésitez pas à partager vos réflexions et vos questions dans les commentaires Facebook ci-dessous.