La salle de concert Harpa est tout simplement somptueuse

L’Islande est-elle un pays cher ? Quel budget faut-il prévoir pour un voyage en Islande ? Comment se porte la monnaie islandaise ? Découvrez dès maintenant notre guide pour dépenser et économiser de l’argent en Islande.

La nature islandaise, avec ses glaciers, ses cascades, ses volcans en activité, ses montagnes anciennes, ses geysers et ses plages de sable noir, attire chaque année une foule de visiteurs venus du monde entier, tous en quête d’aventure et de souvenirs inoubliables. 



Cependant, ce beau pays a également une autre réputation, bien différente de celle que lui confèrent ses merveilles naturelles. Les questions qui brûlent les lèvres de tous ceux qui envisagent de réserver un vol pour l’Islande, outre de savoir quelles excursions choisir et quels hôtels réserver, portent sur le budget exact dont ils vont avoir besoin là-bas. Est-il possible de s’y rendre avec un budget limité, ou bien est-ce une destination réservée aux plus riches ? 

Strokkur le geyser actif

D’après l’indicateur du coût de la vie de Numbeo, l’Islande est actuellement classée comme troisième pays le plus cher du monde. Des banques locales ont également étudié les coûts de transport essentiels pour les touristes et les chiffres obtenus sont ahurissants. Les séjours à l’hôtel sont 10 à 32 % plus chers à Reykjavík que dans n’importe quelle autre capitale nordique ; les prix des restaurants et des hébergements sont 44 % supérieurs à la moyenne européenne ; et les boissons alcoolisées la dépassent de 123 % ! 



Mais ne vous laissez pas décourager ! Car il existe de multiples façons de voyager en Islande sans vider votre compte bancaire. Dans ce guide, nous avons rassemblé des informations sur la monnaie islandaise, ainsi que sur les nombreux moyens de visiter, de voyager, de se déplacer, de dîner et de faire du shopping, quel que soit votre budget, afin que vous puissiez planifier votre voyage sur la terre de glace et de feu tout en soignant votre portefeuille.

Cliquez ici pour des estimations des dépenses quotidiennes selon différents critères.

La monnaie islandaise

Billet de 5000 Krona

Certains s’étonneront sans doute de découvrir qu’une nation d’environ 330 000 personnes possède sa propre monnaie. La monnaie islandaise est la couronne (ISK). Elle a traversé une longue histoire de politiques monétaires indépendantes, mais toujours liées tantôt à la couronne danoise, à la livre anglaise, au dollar américain puis à l’euro. 

L’histoire de la couronne islandaise est compliquée, car elle a régulièrement été critiquée ou défendue par les Islandais eux-mêmes. Ce que vous devez garder à l’esprit lorsque vous voyagez en Islande, c’est le fait incontestable que cette monnaie a peu ou pas de valeur au-delà de nos côtes. Fondamentalement, c’est la Banque centrale d’Islande qui détermine sa valeur, et très peu de banques hors de l’île en détiennent ou en échangent.

C’est pourquoi, en venant ici, il n’est pas nécessaire d’emporter avec vous de gros montants de cette devise. Vous pouvez changer vos billets à l’aéroport, mais le taux de change sera meilleur si vous le faites dans une banque de Reykjavík. Il est également conseillé de changer l’argent qu’il vous reste avant votre départ, afin de ne pas vous retrouver avec une devise sur les bras qu’aucune banque étrangère ne veut vraiment. 

Les subdivisions comme les centimes ne font pas partie de la devise islandaise.

En raison de la fluctuation des changes entre les différentes monnaies, tous les prix mentionnés dans cet article le seront en ISK. Si vous n’êtes pas habitué à la Couronne islandaise, méfiez-vous, les chiffres peuvent sembler extrêmement élevés en raison de son absence de subdivisions.


  • Découvrez le taux de change officiel de la couronne islandaise ici 

Hébergement et transport

Photo de la route 1 en Islande

Les dépenses que vous allez devoir faire pour vous loger en Islande dépendent largement du type d’hébergement que vous choisissez. Des cottages aux appartements en passant par les maisons d’hôtes et les auberges de jeunesse, la gamme de prix est aussi large que la variété de l’offre, et l’on trouve toujours des options qui correspondent à nos besoins particuliers. 



Même si cette sélection générale peut vous sembler chère, sachez que vous ne trouverez aucun hôtel cinq étoiles, car le marché du haut de gamme n’est pas encore assez développé en Islande. Pour les hôtels 3 ou 4 étoiles, en revanche, les prix vont de 5000 à 100 000 ISK par nuit, avec accès WiFi et petit-déjeuner gratuits le plus souvent. 

Le loyer dans centre de Reykjavik n'a jamais été aussi élevé

Mais ce ne sont pas seulement les visiteurs étrangers qui doivent faire face aux prix élevés des hébergements, pour avoir un toit sur leur tête, les Islandais doivent débourser des sommes exorbitantes. Le problème du logement s’aggrave à Reykjavík où ceux qui vivent au sommet de l’échelle sociale bloquent la génération actuelle de locataires, incapables d’accéder à la propriété.

L’un des facteurs déterminants de cette situation est le nombre incroyable d’appartements qui sont loués à travers Airbnb dans la capitale. Si c’est l’option que vous envisagez pour vous loger en Islande, essayer de penser aux Islandais et de faire un geste pour les aider à résoudre ce problème.



Tournez-vous plutôt vers la réservation d’hébergements officiels, et n’oubliez pas qu’il est également possible de louer des appartements complets, et que des gens louent leur chalet d’été à la campagne. Ces cottages d’été n’offrent pas seulement un rapport privilégié à la nature, mais ils sont également gage de tranquillité et d’exclusivité, et sont souvent dotés de leur propre bain à remous privé, tout en restant à des prix très abordables.



Personne ne veut passer tout son séjour enfermé dans un hôtel, et par conséquent, si pour cette raison vous optez pour l’hébergement le moins cher, les réservations d’excursions, les déplacements et la nourriture n’en viendront pas moins s’ajouter à votre budget. Cependant, en réservant des voyages avec excursions guidées d’été ou d’hiver qui combinent différents établissements et incluent des réductions sur l’hébergement, le transport et le petit-déjeuner, vous vous épargnez pas mal de sueurs froides au moment de régler la note. 

Une fois en Islande, votre devoir est d'explorer l'île

Mais l’option la moins chère, reste presque toujours le camping. Et par chance, c’est une formule dont l’offre ne cesse de croître en Islande. Le camping vous permet d’établir un contact encore plus intime avec la nature, et constitue de loin la formule d’hébergement la plus durable, du moment que vous laissez les lieux dans l’état où vous les avez trouvés au moment de planter votre tente.



Il ne manque pas de beaux campings dans le pays

Quand vous faites du camping en Islande, vous avez toujours besoin d’un moyen de transport pour rejoindre les sites que vous souhaitez visiter. C’est là que la location de voiture et les autotours s’avèrent très pratiques. On vous fournit alors un véhicule, ou un van avec tente de toit, ainsi qu’un itinéraire détaillé qui vous sert de guide, et vous permet de parcourir l’Islande en toute liberté et de visiter les sites de votre choix. 



N’oubliez pas cependant que l’Islande est située à la limite du cercle arctique, et que le camping est une formule bien plus adaptée à la saison estivale. Seuls les trekkeurs aguerris qui savent lire les prévisions météo avec un œil expert et qui possèdent tout l’équipement adapté, ainsi que plusieurs années d’expérience de survie en milieu naturel, font du camping au cœur de l’hiver islandais.  

La beauté de l'Islande en hiver



En ce qui concerne les déplacements en ville, ne prenez jamais de taxi, à moins que ce ne soit absolument nécessaire, et seulement sur de courtes distances en milieu urbain. Comptez 600 ISK minimum rien que pour la prise en charge, et ensuite, le compteur tourne à toute vitesse ! En fait, Reykjavík est une ville très agréable à découvrir, notamment grâce à son réseau de bus Strætó utilisable pendant une heure pour un tarif standard de 440 ISK


Si vous avez l’esprit aventurier, vous avez également l’option auto-stop qui est extrêmement sûre en Islande. Et si vous roulez en voiture de location, sachez que prendre des auto-stoppeurs et leur demander une petite participation aux frais d’essence est un excellent moyen de faire des économies.


Voir aussi Conseils pour parcourir l’Islande avec un sac à dos  Voir aussi : La météo en Islande et meilleure période pour partir 

Tous les bus de la ville sont jaunes et faciles à repérerPhoto de « Helgi Halldórsson » —Wikimedia Creative Commons 

En revanche, en dehors de la capitale, le réseau de transport public laisse à désirer. Si vous prévoyez de vous rendre n’importe où en dehors de la ville, sachez que louer une petite voiture revient toujours moins cher que de prendre un bus. 

L’erreur typique que commettent la plupart des nouveaux venus est de prendre un taxi à l’aéroport de Keflavik jusqu’à Reykjavík. Cela revient à 2 500 ou 3 000 ISK ! Louez plutôt une voiture, ou bien optez pour un Flybus, cela vous coûtera dix fois moins cher. 

Dîner avec du bon vin

Une vue du restaurant Reykjavík Grill

Ces dernières années, le paysage gastronomique islandais s’est considérablement enrichi, et de nombreux restaurants de renommée mondiale ont fleuri un peu partout dans la capitale. L’offre de restauration n’a pas de limite : la cuisine traditionnelle islandaise est fusionnée avec d’autres gastronomies, ou bien assaisonnée et relevée avec des ingrédients exotiques, avant d’être servie dans des établissements raffinés et réputés. 



Manger à l’extérieur revient relativement cher (comptez entre 2 000 et 4 000 ISK pour un plat), et pour les Islandais, sortir au restaurant est véritablement un moment à savourer, et sûrement pas une activité banale. Si vous envisagez de manger au restaurant tous les soirs, préparez-vous à ce que votre budget explose !

Le plus malin est encore d’étudier en détail l’offre, et de prévoir une ou deux occasions spéciales pour sortir au restaurant. Comme c’est le cas dans à peu près tous les domaines en Islande, ces deux sorties auront un coût, mais vous ne les regretterez pas.

Les habitants profitant des rafraîchissements du patio de l'étang de Reykjavík par une nuit d'été

Prudence si vous vous tournez vers la restauration rapide comme les pizzas, les burgers ou les sandwichs. On pourrait penser que cela revient moins cher, mais en réalité, à Reykjavík, la restauration de base se trouve à peu près dans la même fourchette de prix que la cuisine raffinée. Généralement, une pizza coûte environ 3 000 ISK, soit quasiment le même prix qu’un repas dans un bon restaurant. 

La meilleure façon de faire des économies lorsque vous mangez à l’extérieur à Reykjavík consiste à profiter des lunch hours, tranches horaires pendant lesquels de nombreux restaurants du centre-ville affichent des réductions ou proposent certains plats à « deux pour le prix d’un ». 

Mais bien évidemment, la façon la plus économique de manger en Islande est de cuisiner soi-même. Pour faire vos courses, évitez la chaîne de supermarchés 10-11 qui est de loin la plus chère de toute l’Islande. En faisant vos courses là-bas, vous risquez de doubler votre budget nourriture. 

Ne pas entrer

Il est plutôt recommandé de se tourner vers des magasins discount, tels que Nettó, Krónan et Bónus, qui sont tous très bien implantés à l’intérieur comme à l’extérieur de la capitale. Ces magasins sont également parfaits pour acheter votre repas du midi avant de quitter la ville et partir à l’aventure. Les kiosques implantés en bord de route ne proposent en général non seulement que des burgers et des hot-dogs, mais en plus à des prix très élevés, dignes d’un restaurant en ville. 

Si vous êtes en train de vous balader dans les rues du centre-ville de Reykjavík aux heures les plus improbables du jour et de la nuit, sachez que l’ancienne étable de Krambúdin à Skólavördustígur (située à un jet de pierre de l’église Hallgrímskirkja) a récemment été reconvertie en magasin ouvert 24 h/24, 7 j/7. Les articles sont moins chers qu’au 10-11, et l’on trouve plus de produits bio. 

Laugavegur lors d'un après-midi d'été

Vous avez peut-être aussi entendu dire que l’Islande vient de voir ouvrir son premier supermarché Costco, mais cette initiative est davantage destinée aux résidents de l’île, qui s’y rendent en raison des remises très importantes que propose cette enseigne. 

En effet, il faut une carte de membre pour entrer, et le magasin est implanté assez loin du centre. Autrement dit, l’opération n’est pas rentable si vous ne possédez pas de voiture. 

Les habitants et les touristes profitant des prix du happy hourCrédit : Hlemmur Square Facebook

Pour ce qui est de l’alcool, on peut dire que l’Islande entretient une relation plutôt compliquée avec lui. La prohibition fait partie de l’histoire récente du pays, et bien que les Islandais aiment prendre l’apéro, l’accès aux boissons alcoolisées est assez limité par rapport aux autres nations. 

Seuls les magasins d’État appelés ÁTVR ou Vínbúdin — les Islandais les appellent « ríkid » ou tout simplement « l’État » — ont le droit de vendre de l’alcool, et ils n’ouvrent que pendant les heures de bureau. Si vous envisagez de sortir, ou de passer une soirée à l’intérieur, il est donc conseillé de faire des stocks à l’avance. Par ailleurs, même dans les magasins d’État, les taxes sont élevées. Du coup, la meilleure solution consiste à faire vos réserves dans la boutique duty free de l’aéroport lors de votre arrivée. 

BORG la brasserie locale a une vaste sélection de bières artisanales brillantesIllustration utilisée avec l’aimable autorisation de Skúli Craftbar 

Faites également attention à certains produits exposés sur les étals des supermarchés, qui ont tous les attributs de la bière, mais qui n’en sont pas. C’est un produit qui a le goût et l’apparence de la bière, mais qui ne contient pas ou très peu d’alcool. 

En dépit de tout cela, vous ne pouvez pas éviter de parcourir les rues à un moment ou à un autre, même si vous ne devriez peut-être pas le faire dans la mesure où Reykjavík compte plus de 50 bars et pubs de qualité à découvrir. Certes, les prix sont élevés (environ 1000 ISK pour une pinte), mais heureusement, la culture du happy hour est très prégnante partout dans Reykjavík, et vous n’avez plus qu’à pousser la porte des bars aux bonnes heures pour profiter des meilleurs prix. 



Par contre, n’espérez pas faire des économies sur les shooters ou les cocktails, car ces derniers sont rarement concernés par le Happy Hour. Et si vous n’êtes pas très bière, la plupart des Happy Hours incluent le vin rouge et le vin blanc de la maison.

Le café Barista en Islande est d'un standard fantastiquePhoto de « Jonathan McIntosh’ » —Wikimedia Creative Commons 

Quant au café, ce nectar plein d’énergie aimé de tous, mieux vaut le considérer comme un petit luxe plutôt que comme une dépense quotidienne. La tasse de latte ou de cappuccino vaut environ 600 ISK, le thé environ 400 ISK — avec possibilité de reremplir la théière d’eau chaude gratuitement — et un café noir standard tourne autour des 200-500 ISK

Mais il existe quelques ficelles à connaître. Comme les Islandais font partie des plus gros consommateurs de café au monde, il est tout à fait possible que votre offre d’hébergement inclue le café gratuit. Vous trouverez également des tasses de café gratuites pour les clients dans la plupart des banques et dans certains supermarchés, comme dans les Vídir ou les Bónus. 

Enfin et surtout, éviter d’acheter de l’eau en bouteille. En Islande, l’eau du robinet est l’une des plus propres et des plus pures au monde, donc, à moins de vous trouver dans des toilettes publiques douteuses avec un panneau d’avertissement au-dessus du lavabo, elle est toujours potable. Tout ce que vous avez à faire, c’est d’avoir une bouteille d’eau avec vous, et soyez sûr que tout établissement digne de ce nom se fera un plaisir de la remplir pour vous dès que nécessaire. 

Le shopping en Islande  

La principale rue commerçante Laugavegur à ReykjavikPhoto de « josef knight » —Wikimedia Creative Commons

Pour le shopping en Islande, au bout du compte, votre budget va dépendre de ce qui vous a amené sur la terre de glace et de feu, et de ce que vous êtes prêt à dépenser. Bien qu’il ne soit pas nécessaire d’être riche pour profiter de l’Islande, la façon dont vous faites vos courses peut l’être.

Les vêtements de marque en Islande sont taxés comme nulle part ailleurs ! Par exemple, un jean Levi’s est vendu environ 40 % plus cher qu’en Scandinavie ou au Royaume-Uni. 

En fait, la plupart des Islandais préfèrent faire leurs plus gros achats en ligne, ou carrément à l’étranger dans des magasins discount à Copenhague ou à Berlin, en faisant d’une pierre deux coups avec leurs vacances. Les Islandais adorent également faire la chasse aux remises et aux soldes, auquel cas les deux grands centres commerciaux de Reykjavík, Kringlan et Smáralind sont les premières enseignes visitées.

 Shopping pour les bonnes affairesPhoto Flickr de Kolaportid par JForth

La ville offre une grande variété de magasins de design islandais, tous proposant des vêtements uniques de fabrication artisanale, mais bien évidemment toujours vendus pour une somme bien rondelette. La friperie est une autre possibilité avec l’inimitable Fatamarkadurinn qui donne le tempo des tendances Spútnik ! grâce à ses prix attractifs. 

Vous pouvez également aller au marché aux puces de Kolaportid — le seul endroit de Reykjavík où vous pouvez exercer vos talents de marchandage. Le marché ne fonctionne que le weekend, donc si vous voulez une Lopapeysa islandaise ou des vêtements d’occasion pour presque rien, baladez-vous dans les allées juste avant la fermeture le dimanche, lorsque les prix s’effondrent et que les articles sont presque donnés. 

L'Islande est l'une des premières colonies de macareux du monde

Si vous cherchez des souvenirs, les boutiques dites « du macareux » qui bordent les rues du centre-ville semblent regorger de bonnes affaires authentiquement islandaises, mais en réalité, ce n’est qu’une illusion, il ne s’agit que de pièges à touristes qui se sont spécialisés dans la vente de produits en plastique fabriqués en série en Chine.

Ces boutiques font également fuir le petit commerce local. Il est donc recommandé d’aller chercher des souvenirs beaucoup plus authentiques dans la boutique du Musée national, auprès de l’Association islandaise de tricot à la main, ou dans les allées du marché aux puces de Kolaportid mentionné plus haut. 

Quoi qu’il en soit, les meilleurs souvenirs que vous puissiez acheter sont les nombreuses aventures qui vous conduisent à travers la terre de glace et de feu et tous les admirables sites naturels dont elle regorge. Tout ce qu’il vous faut, c’est un appareil photo afin de ramener tous ces souvenirs avec vous.



Les visites  

Mont Vestrahorn

On dit que les meilleures choses de la vie sont gratuites. On trouve dans la nature islandaise de véritables merveilles, uniques au monde. Ici, les sources chaudes et les geysers issus de l’activité géothermique du sous-sol cohabitent avec de petits villages côtiers, et contrastent avec les Hautes Terres sauvages et inhabitées. 



S’il ne vous en coûte pas un sou d’admirer ces merveilles, vous avez toujours besoin d’un moyen de transport pour vous y rendre, et d’un lieu où passer la nuit, ainsi que l’équipement et les recommandations nécessaires à votre sécurité. La nature n’est pas uniquement là pour être regardée : vous pouvez, et vous devriez, expérimenter quelques-unes des activités proposées pour en profiter pleinement. 

Un exploit audacieux dans une authentique grotte de glace

Par exemple, lorsque vous vous rendez au parc national de Thingvellir, un rift situé à la conjoncture de deux plaques tectoniques, vous pouvez rendre votre journée encore plus passionnante en allant faire du snorkeling dans la faille de Silfra. Ou bien encore, si vous allez visiter le parc national de Skaftafell, où se trouve la plus grande calotte glaciaire d’Europe, pourquoi ne pas vous lancer dans une randonnée sur glacier, faire de l’escalade sur glace, ou vous aventurer dans une grotte de glace

Heureusement, on trouve en Islande une foule de guides professionnels qui se font un plaisir de partager ces activités avec les visiteurs étrangers. C’est également le cas pour ce phénomène céleste extraordinaire que sont les aurores boréales. Comme elles n’apparaissent dans le ciel que selon leur bon vouloir, certaines personnes travaillent 24 h/24 pour calculer leur arrivée pour vous, à l’aide des relevés des vents solaires et des prévisions météorologiques. En cas d’échec, la plupart des sociétés qui organisent ces excursions spécialisées vous offrent une compensation. 

Les lumières sont toujours là; il suffit d'avoir un ciel dégagé, l'obscurité, l'emplacement et la chance

En général, il s’agit d’un billet gratuit pour retenter votre chance une autre nuit. Par conséquent, si les aurores font partie de vos priorités en Islande, il est recommandé de planifier une excursion aurores boréales au début de votre séjour. 

En matière d’excursions, les coûts sont très variables, et nous vous conseillons donc de réserver une formule de voyage avec excursions guidées, car chaque sortie à l’aventure donne envie d’en faire une autre. Si vous payez vos excursions l’une après l’autre, le coût total va rapidement dépasser celui que vous auriez obtenu en laissant des spécialistes vous constituer un bouquet d’excursions sur mesure. 



Il existe également en Islande une infinité de possibilités pour les amateurs de randonnée et de trekking. Ils peuvent notamment se lancer à l’exploration de l’immensité des Hautes Terres sur quelques jours avec hébergement en bungalows. Les randonnées se font en été, mais il est tout de même toujours nécessaire d’être équipé de vêtements chauds, de bonnes chaussures de marche et de nourriture, car on ne trouve aucun commerce à proximité. 

Landmannalaugar, l'une des destinations de randonnée les plus populaires d'Islande



N’oubliez jamais de faire un plan de voyage et de le déposer sur safetravel.is de façon à pouvoir être localisé et secouru en cas de problème. Il ne faut pas sous-estimer la nature islandaise, mais si vous suivez les recommandations de sécurité, tout devrait bien se passer !



En plus de l’exploration des parties les plus sauvages du pays, il existe également d’innombrables choses à visiter dans les différentes municipalités islandaises. On trouve toute une myriade de musées et de sites touristiques intéressants dans la capitale de Reykjavík, dont certains sont gratuits et d’autres accordent une réduction si vous avez un pass. 



Le Sun Voyager en bord d'océan à Reykjavik

La Reykjavík City Card est un excellent moyen de profiter au maximum de votre séjour dans la capitale en faisant des économies. En effet, elle permet d’entrer dans une grande sélection de galeries et de musées, dans toutes les piscines de Reykjavík, mais aussi d’utiliser les transports en commun. Ce pass permet également de bénéficier d’une réduction sur plusieurs excursions, ainsi que sur certains services utiles au moment de quitter la ville, autrement dit, il vous fait même faire des économies en dehors de Reykjavík.  



Estimations de budget hebdomadaire et à la journée

Nous espérons que cet article vous a donné une idée des différentes choses à faire en Islande et des coûts correspondants. Il ne nous reste plus maintenant qu’à vous présenter des estimations de budget afin de vous aider à planifier le séjour de vos rêves. 

1ere approche Le routard

Faites ami-ami avec la ville

L’approche du routard suppose un budget transport réduit à son minimum, avec seulement un aller-retour à l’aéroport avec la navette Flybus. Pour tout le reste : autostop ! 

Le routard campe dans la ville où la nuit lui revient à 1 900 ISK, à condition qu’il réserve une semaine complète. Sont inclus dans le tarif quelques services supplémentaires, tels que l’accès à l’électricité et le droit de faire une machine de linge. 

Le routard cuisine ses repas et dépense donc 8 000 ISK de provisions alimentaires pour la semaine. Avec deux City Cards de 72 heures, la douche quotidienne peut être prise dans l’une des nombreuses piscines géothermales de Reykjavík. 

Le routard peut visiter la ville, monter sur le Mont Esja et rejoindre à pied les sites d’intérêts des communes alentour, comme la vallée de sources chaudes de Hveragerdi ou la plage de sable noir de Vík

Avec cette approche, les dépenses de la semaine tournent autour de 41 100 ISK, soit 5 900 ISK par jour. 

Extra : La petite folie du routard
Si l’on rajoute une sortie restaurant avec une nuit à l’extérieur, ainsi qu’une excursion à petit budget comme une visite en minibus du Cercle d’Or, l’estimation passe à 56 200 ISK, soit 8 000 ISK par jour. 

2e approche —Le minimaliste 

Une promenade le long du port est gratuite

L’approche du minimaliste comprend l’hébergement en auberge de jeunesse à 4 000 ISK par nuit, où la cuisine en libre accès permet de faire ses courses pour la semaine pour un montant de 5 000 ISK. Disons qu’il achète un pack de bière islandaise à 1 890 ISK pour bien finir de remplir son frigo !

Notre minimaliste irait deux ou trois fois dans un café, sortirait manger à l’extérieur une fois, et s’autoriserait l’achat d’un pack d’excursions comme cette formule qui combine la visite du Cercle d’Or avec une sortie d’observation de baleine, le tout pour 19 900 ISK

Il achèterait également un aller-retour à l’aéroport avec le Flybus, et le reste du temps, utiliserait les transports en commun, ou bien louerait une petite voiture pour une journée, le tout pour 3 400 ISK

Ainsi, le minimaliste pourrait passer une journée en voiture le long de la Côte Sud ou à visiter la péninsule de Snæfellsnes. Une petite voiture fera très bien l’affaire si c’est l’été. 

Avec cette formule, les dépenses de la semaine tournent autour de 65 600 ISK, soit 9 400 ISK par jour. 

Extra : La petite folie du minimaliste
Avec en plus un passage au Secret Lagoon de Flúdir et une belle nuit à l’extérieur, le budget passerait à 78 400 ISK pour la semaine, soit 11 200 ISK par jour. 

3e approche — Le voyageur  

Balade à cheval à Skogafoss

Notre voyageur réserverait des hôtels ou une maison d’hôtes à 10 000 ISK la nuit et louerait un 4x4 pour toute la semaine, sachant que le prix du carburant est d’environ 200 ISK le litre. 

Il pousserait deux ou trois fois la porte d’un café, mangerait à l’extérieur, disons quatre fois, et dépenserait 8000 ISK de provisions diverses. Il pourrait s’inscrire à quelques excursions avec rendez-vous sur place, telle que cette Balade à cheval avec dîner dans le Nord de l’Islande pour 15 900 ISK, et cette Session snorkeling en petit groupe dans la faille de Silfra au départ de Thingvellir pour 14 900 ISK

Le voyageur utilise son 4x4 pour explorer les routes des Hautes Terres et découvrir les parties les plus sauvages de l’Islande, mais aussi pour passer quelques nuits à l’extérieur de Reykjavík. 

Une semaine de ce genre reviendrait à 172 000 ISK, soit 24 700 ISK par jour. 

Extra : La petite folie du voyageur
Avec en plus une Tournée des bars de Reykjavík tout inclus à 14 900 ISK, et un passage au célébrissime Blue Lagoon, la semaine revient à 193 000 ISK, soit 27 600 ISK par jour. 

4e approche Le flambeur 

Lors d'une éruption volcanique, à condition d'avoir l'argent nécessaire, vous pouvez survoler l'évènement

Notre flambeur pourrait réserver un bel hôtel à 30 000 ISK la nuit, ainsi qu’un cottage à la campagne à 15 000 ISK la nuit. Ainsi, il pourrait profiter tout autant de la nature que des différentes municipalités du pays et de la capitale.

Il louerait une voiture de luxe pour sept jours à 12 000 ISK par jour, et s’offrirait trois packs d’excursions différents pour un montant de 60 000 ISK

Il se rendrait au café cinq fois dans la semaine et mangerait au restaurant tous les soirs. Il n’hésiterait pas à accompagner ses repas de vin et de bonne bière artisanale, ce qui doublerait ses dépenses de restaurant. 

Bien sûr, notre flambeur pourrait dépenser bien plus encore, mais cet article veut illustrer une semaine en Islande dont le but ne serait pas de dépenser de l’argent, mais de profiter de l’Islande en fonction des différents budgets.

Quoi qu’il en soit, cette dernière approche ferait revenir la semaine à 330 000 ISK, soit 470 000 ISK par jour.

Extra : La petite folie supplémentaire du flambeur
Pour un flambeur, rien n’est impossible. Pourquoi ne pas s’offrir un vol en hélicoptère avec escale sur le glacier Langjökull pour 125 400 ISK ? 


Rien que pour vous : comparaisons de packs 

La lagune glaciaire de Jokulsarlon dans le sud-est de l'Islande

Maintenant que vous avez vu les différentes approches possibles et les estimations de budget correspondantes, vous pouvez comparer les coûts avec les autotours et les voyages avec excursions guidées tout compris. 

Une semaine complète autour du pays en autotour avec la voiture, l’hébergement, le petit-déjeuner et un billet d’entrée au Blue Lagoon comme celle-ci coûte 130 000 ISK ; et si l’on prend en compte les repas et les dépenses de carburant, cette estimation passe à 20 000 ISK par jour. 

Encore mieux que notre « scénario voyageur » — et de surcroît, avec plus de confort et beaucoup plus de visites. Il existe également des autotours à petits prix, comme celui-ci à 89 000 ISK, sans petit-déjeuner ni billet de spa — idéal pour les « minimalistes » !  

Cascade dans le nord de l'Islande

Il existe également cette formule tout compris avec cinq nuits d’hébergement à Reykjavík, une nuit dans un hôtel de campagne, deux excursions en bus et un billet d’entrée au Blue Lagoon, le tout pour 135 000 ISK

En y ajoutant quelques sorties nocturnes, l’estimation passerait à 25 000 ISK par jour environ, soit un budget équivalent à celui de « notre voyageur », et plus intéressant encore sur le plan économique que celui de « notre flambeur ». Les combinaisons sont infinies, mais cela devrait au moins vous donner une idée. 


VEUILEZ NOTER que tous les prix mentionnés ici sont sujets à modification. Nous nous efforcerons de les tenir à jour, afin de vous aider à décider en connaissance de cause. Pour toute question sur les prix relatifs à votre voyage en Islande, n’hésitez pas à utiliser les commentaires ci-dessous et nous vous répondrons immédiatement.