Islande : une destination idéale où camper

Avec ses célèbres sites touristiques, ses paysages fantastiques et son soleil de minuit majestueux, l’Islande est la destination parfaite pour s'offrir un long séjour en camping. Pour profiter au maximum de vos vacances, nous vous invitons à suivre cet itinéraire spécial camping de 15 jours que nous avons compilés pour vous autour des sites les plus intéressants du pays.

L’auteur à succès de littérature fantastique, et par ailleurs grand amoureux de l’Islande et de sa culture, J.R.R Tolkien, a écrit un jour cette phrase restée célèbre : « Tous ceux qui errent ne sont pas perdus » Il faisait là sans doute référence aux personnages qu'il a lui-même créés, ces aventuriers à la tête dure dont il célèbre la capacité à évoluer en milieu hostile et en terres inconnues.

Cela dit, au-delà des similarités esthétiques entre les Montagnes de brumes et l’Islande, Tolkien n’a bien évidemment jamais vu déambuler ces groupes de campeurs mal préparés qui, depuis quelques années, viennent poser leurs tentes dans notre beau pays. S'il l’avait pu, il aurait peut-être écrit : « Tous ceux qui errent ne sont pas perdus... Sauf quelques-uns, il est vrai... » 

Il ne faudrait tout de même pas oublier que l’Islande est une terre volcanique de 103 000 km2, connue pour l’instabilité de sa météo, sa toute petite population, et bien souvent également, pour le quadrillage très relatif de son territoire par les patrouilles de secours. Et sans un gros effort de préparation en amont, le risque de se perdre, ici ou là, augmente considérablement, ce qui non seulement est dangereux, mais constitue également une regrettable perte de temps, pour vous comme pour les secours.

C'est pourquoi, cher lecteur, nous nous sommes mis à la tâche et vous avons concocté ce guide sur mesure pour un autotour de 15 jours en camping à travers l’Islande.



Photo au-dessus: Philip Gunkel

Vue sur le parc Thingvellir en Islande

15 jours, c'est idéal pour découvrir les principaux sites touristiques d’Islande, et notre itinéraire vous conduira dans des lieux aussi incroyables que la lagune glaciaire de Jökulsárlón, la réserve naturelle de Skaftafell, les orgues de basaltes de Reynisfjara, le glacier de Snæfellsjökull, la forêt nationale de Hallormsstadaskógur, la cascade de Gullfoss et bien d’autres.

Vous tirez beaucoup d’avantages à rester indépendant tout au long de votre séjour en camping : le plaisir d’être autonome, une organisation du temps plus souple, des liens familiaux resserrés, de la sérénité et la possibilité d’entretenir un rapport plus intime et plus personnel avec la nature islandaise.

Quel que soit votre profil de campeur, il y a fort à parier que vous soyez là pour les mêmes raisons que les autres : la nature, l’aventure et la ferme intention de relever un défi unique. 



Jour 1 : Arrivée en Islande 

Photo d'un 4x4 avec tente de toit en Islande

Photo de Camping Cars Car Rental

À votre arrivée, dans l’immense majorité des cas, vous atterrirez à l'aéroport international de Keflavik, qui se trouve à l’extrémité nord de la péninsule de Reykjanes, à environ 50 km à l’ouest de la capitale. Vous pourrez alors louer une voiture, mais n'oubliez pas que le type de véhicule que vous choisirez aura, bien entendu, de nombreuses conséquences sur votre séjour, et qu’il est sage de bien déterminer vos besoins avant toute réservation.

Ensuite, avant de prendre la route, il y a un certain nombre de choses à savoir sur la conduite en Islande. On roule toujours à droite, comme en France, et les phares doivent obligatoirement rester allumés en toute saison et à toute heure du jour et de la nuit.

Vous verrez également que les routes sont souvent surélevées en Islande, cela permet en cas de fortes chutes de neige en hiver de maintenir les voies de circulation praticables. Mais cette surélévation augmente les risques de sorties de route, parfois même accompagnées de tonneaux, alors ralentissez bien à l’approche de chaque virage, de chaque angle sans visibilité et de chaque pente ! En Islande, la vitesse est limitée à 50 km/h en ville, 90 km/h sur les routes de campagne goudronnées et à 80 km/h sur les routes de graviers.

Sachez également que dans un souci de protection de la nature et de son fragile écosystème, il est interdit de rouler en dehors des voies de circulation. Tout contrevenant à cette règle sera puni d’une lourde amende, sans états d’âme !

Quand vous êtes enfin prêts à vous lancer dans l’aventure du camping, vous découvrirez très vite que Reykjanes est déjà un concentré de tout ce qui vous attend dans votre séjour. La route Reykjanesbraut (Route 41) est une artère qui redescend toute la péninsule, avec une succession d'embranchements vers de plus petites routes conduisant à la Côte Sud. La plupart de ces routes sont revêtues, mais ne vous étonnez pas de tomber sur des tronçons de graviers.

 

Jolie vue depuis la tente en Islande

Photo de Camping Cars Car Rental

À 10 minutes de la route principale de la péninsule de Reykjanes, se trouvent les incroyables champs de soufre de Krýsuvík. Ici, enserré dans un anneau de montagnes lumineuses et colorées, un chemin revêtu de bois vous guide parmi les fumerolles volcaniques et les sources chaudes géothermales. Des panneaux disposés tout le long du parcours permettent de s’informer sur la géologie des lieux, et de mieux comprendre la formation de l’environnement naturel islandais.

En reprenant la route sur quelques kilomètres, vous pouvez ensuite vous rendre aux falaises de Krýsuvíkurberg qui tombent à pic sur l’Atlantique nord, offrant un des paysages les plus impressionnants d’Islande. Au bord du vide, vous pourrez apercevoir des colonies d’oiseaux marins, tels que des rissas ou des pingouins torda. Un spectacle apaisant et très appréciable avant de faire demi-tour sur le sentier.

Vient ensuite sur la liste le lac géothermique de Kleifarvatn, le plus grand lac de la péninsule de Reykjanes qui a donné son titre à un roman policier d’Arnaldur Indridason paru en 2004. Après un tremblement de terre survenu en l’an 2000, l’eau a commencé à s'infiltrer dans le sol jusqu’à faire diminuer la superficie du lac de 20%. Outre le cadre tout à fait charmant, vous verrez que Kleifarvatn a la particularité d’avoir une température d’eau variable et de posséder de nombreuses sources sous-marines. 

Le camping en Islande est idéal pour être proche de la nature

Photo de Snorkeling dans un lac géothermal en Islande

Ensuite, l'itinéraire vous mènera à travers des champs de lave escarpés jusqu’au phare de Reykjanesviti. Il s’agit du deuxième phare construit sur la terre de glace (le premier, endommagé par l’eau de mer, a finalement été détruit en 1908). Vu la richesse du paysage qui se déploie ici sous vos yeux — le ressac bleuté de l’atlantique Nord, les vapeurs géothermales, les formations rocheuses de la côte — le phare de Reykjanesviti est devenu un must pour les voyageurs, comme pour les gens du coin. À ne surtout pas manquer !

Bien sûr, à conduire sans trêve ni repos, même les plus grands routards habitués à avaler les kilomètres finissent par s’épuiser. Alors, pourquoi ne pas échanger votre volant contre des rênes et partir explorer la nature sur le dos d’un petit (mais costaud !) cheval islandais ?

vous pouvez ajouter des activités dans la nature comme ici une balade à cheval en Islande

Photo de Balade à cheval et visite d'une grotte.

Malgré leur petite taille, les chevaux islandais sont connus pour leur entrain, leur intelligence et leur force, après plus de 10 siècles d’élevage au cours desquels leur pureté a été conservée. Encore à ce jour, l'importation de chevaux est interdite en Islande, tout comme le retour d’un cheval qui aurait quitté le territoire.

Les excursions à cheval ne seront pas seulement pour vous l’occasion de découvrir cette race si particulière, mais aussi d’expérimenter par vous-même le mode de transport des premiers colons islandais.

Pour votre première nuit de camping, vous avez le choix entre Sandgerdi ou Grindavík

Jour 2: Cercle d'Or 

Il y a des campings près de la cascade Seljalandsfoss en Islande

Le moment est venu de planifier votre parcours sur la Route 1 – « la Route circulaire » ! Ce célèbre itinéraire vous guidera tout le long du littoral islandais et ses nombreux sites touristiques. 

Sans aucun doute, la première étape intéressante de la route circulaire est la route du Cercle d’Or, l’itinéraire touristique le plus apprécié des voyageurs. Vous parcourrez 300 kilomètres, en passant d’abord par la vallée de Haukadalur, foyer de sources chaudes, Geysir et le geyser de Strokkur. Vous côtoierez les grands torrents d’eau qui jaillissent des cavernes souterraines, et serez aux premières loges pour admirer en temps réel l’incroyable énergie qui forge la terre d’Islande. Votre voyage se poursuivra au-delà de la majestueuse cascade de Gullfoss, jusqu’au parc national de Thingvellir.

Vous comprendrez vite alors que le Thingvellir est l’un des sites les plus remarquables d’Islande. Il s’agit du plus grand parc national du pays, le seul à avoir été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Il y a deux raisons à cela. Tout d’abord, c'est dans le Thingvellir que se trouvait jadis le parlement d’Islande, fondé en 930 et nommé Althingi en islandais. En 1884, l’Althingi a été rétabli, mais à Reykjavík cette fois-ci, où il se trouve encore à ce jour. 

Le parc Thingvellir est un site à voir lors de votre voyage camping en Islande

La deuxième raison qui explique la renommée du Thingvellir est sa beauté indescriptible et sa constitution géologique unique. Le parc est exactement situé sur la dorsale médio-atlantique et constitue en fait un champ de lave durcie qui sépare deux des plaques tectoniques de la Terre : la plaque nord-américaine et la plaque eurasiatique, espacées d’environ 3 km l’une de l’autre. La zone est un enchevêtrement complexe de vallées, de failles et de gorges, dont la plupart sont praticables à pied et offrent une fabuleuse immersion dans l’histoire et la culture de la région.

Et si vous n’avez pas le cœur à marcher, il est également possible de faire de la plongée sous-marine ou du snorkeling dans la faille de Silfra, qui ne se trouve qu’à dix minutes d’Althingi. Vous pourrez alors nager entre les deux plaques tectoniques (et même les toucher toutes les deux en même temps !), tout en vous délectant de la parfaite visibilité qui caractérise cette eau pure venue des glaciers.

Au parc, vous pouvez rejoindre une activité snorkeling à Silfra

Photo de Combiné plongée à Silfra et visite d'une grotte de lave

À la fin de la deuxième journée, vous passerez la nuit à côté de la ville de Flúdir, et aurez le choix entre les terrains de camping de Brautarholt et de Skjól. En attendant l’heure du coucher, et en sortant un peu des sentiers battus, vous pourrez trouver une source chaude naturelle — communément appelée « la rivière chaude » — où vous détendre pendant la soirée. Elle est perdue en pleine campagne, et vous devrez faire une petite marche pour l’atteindre sans hésiter à demander votre chemin aux gens du coin !

Jadis, se trouvait là un élevage de moutons et la piscine servait à réchauffer le bétail pendant les périodes de grand froid. On trouve également une petite cabane en bois bien pratique pour se changer – mais n’espérez pas y trouver un quelconque équipement ! La piscine est située sur une terre agricole, mais le propriétaire est ravi de la mettre à disposition des voyageurs du moment qu’ils respectent les lieux. Pensez bien à ne laisser traîner aucun déchet derrière vous.

Certains campings sont situés non loin de sources chaudes naturelles

Photo de Randonnée et baignade à la source chaude Reykjadalure

Et si vous êtes plus attiré par le confort de la « grande vie », un plan baignade plus luxueux est quand même possible. L’Islande est truffée de piscines géothermales, naturelles ou artificielles, et Flúdir en possède une qui offre une chouette combinaison des deux formules : le Secret Lagoon. Ici, l'appel de l’eau dont la température se maintient entre 38 et 40 °C est irrésistible ! Comment tourner le dos en effet à une telle expérience privilégiée au contact de la nature islandaise et source de jouvence ? 

Il existe de nombreux autres itinéraires sur cette partie du voyage, tous plus originaux les uns que les autres pour profiter au maximum du Cercle d’Or. Encore une fois, l’équitation est un loisir très populaire, tout comme les excursions en motoneige au départ de Gullfoss, au cours desquelles vous glisserez sur de vastes étendues de neige fraîche comme des agents secrets dans un film de James Bond (c'est d’ailleurs ce qu’a fait Pierce Brosnan dans le rôle de James Bond dans le film Meurs un autre jour qui a été tourné dans le décor du glacier de Jokulsarlon).

Jour 3: 2ème jour vers le Cercle d’Or / Thjórsárdalur

Geysir, site incontournable du Cercle d'Or

Vous allez rapidement vous apercevoir que les terrains de camping ne manquent pas en Islande. En fait, on en compte plus de 200 disséminés dans tout le pays, dont la majorité est dotée de tous les équipements utiles : eau courante, trousses de premier secours, prises de courant, barbecues, aires de jeux pour enfants, et parfois même petit café-bar !

Mieux vaut vérifier dans le détail les services proposés par chaque camping avant de partir, ne serait-ce que pour éviter d’être déçu à l’arrivée. Même si vous pourrez sans doute trouver des coins tranquilles sur des terrains publics pour planter votre tente, voici quelques recommandations de bases à garder en tête. Vous avez le droit de camper sur les terrains publics à proximité des principales routes, mais il est absolument interdit de le faire sur les terrains privés sans l’accord du propriétaire.

Une fois que vous aurez visité tous les sites du Cercle d’Or, le troisième jour de votre voyage vous conduira dans la municipalité de Rangárþing eystra, dans le sud de l’Islande. Vous trouverez ici un large choix de terrains de camping. Parmi les principaux sites à visiter, on peut citer les charmantes chutes d’eau de Hjálparfoss et de Háifoss, cette dernière étant l’une des plus hautes d’Islande.

À quelques encablures se trouve la gorge de Gjáin où vous ne manquerez pas de découvrir au gré de vos explorations de nombreuses autres petites cascades, formations rocheuses intéressantes et étangs bien cachés.

De là (et si la météo le permet) vous aurez peut-être la chance de voir pour la première fois l’imposant volcan Hekla qui se dresse à l’horizon à l’altitude impressionnante de 1491 m. Au Moyen-Âge, les moines européens associaient souvent l’Hekla dans leurs écrits aux « portes de l’enfer », ou à la « prison de Judas » ; en effet, le volcan était connu pour ses éruptions surprises, une réputation qui s’est rapidement diffusée dans la poésie, les arts et le folklore.

Vue sur le volcan Hekla

Volcan Hekla. Photo de Sverrir Þórðarson, Wikimedia Creative Commons.

Aujourd’hui encore, perdure la légende selon laquelle des sorcières se rassemblent au sommet de l’Hekla à Pâques pour entrer en contact avec le diable. Quelles que soient les superstitions, le mont Hekla est entré en éruption plus de vingt fois depuis la fondation de l’Islande, et il suscite une certaine inquiétude encore aujourd’hui. Mais ne vous inquiétez pas – tout est prévu pour que vous ne puissiez pas être à proximité en cas de danger imminent. 

Situé à quelques kilomètres seulement, nous vous conseillons la visite du Thjódveldisbærinn de Stöng, où vous pourrez admirer une réplique d’habitation viking. On pense que l’original a été englouti sous les cendres volcaniques de l’Hekla, lors de l’éruption de 1104.

Avec des bâtiments grandeur nature et une réplique exacte de maison longue, la reconstruction fut achevée en 1974 et constitue un témoignage de ce que pouvait être la vie quotidienne des premiers habitants de l’Islande il y a mille ans. Si vous appréhendez le niveau de confort qui vous attend dans les campings, le mode de vie spartiate que donne à voir le Thjódveldisbærinn de Stöng devrait vous rassurer grandement !

Nous vous conseillons de planter votre tente à Hvolsvöllur, au camping de Langbrók à Fljótshlíd par exemple. Mais vous pourriez tout autant mettre le cap au nord-ouest de Hvolsvöllur vers le Landmannalaugar, une réserve naturelle géothermale située dans les Hautes Terres du Sud. Le site est réputé pour sa beauté et ses nombreux sentiers de randonnée, dont la durée de parcours va de la petite balade d’une heure à la marche de quatre jours en suivant l'itinéraire dit de Laugavegur.

L’Iceland Touring Association gère un refuge de montagne où les randonneurs peuvent se reposer, mais gardez à l’esprit que pour vous y rendre il faudra réserver longtemps à l’avance. 

Les Hautes Terres islandaises sont de beaux lieux où passer la nuit en camping

Jour 4: Côte Sud jusqu'à Kirkjubæjarklaustur

Sur la Côte Sud, vous constaterez que les campings sont plus clairsemés. Cependant, celui de Kleifarmörk, situé à 2,5 kilomètres de Kirkjubæjarklaustur, ne vous décevra pas. Le cadre naturel dans lequel il se trouve est en effet tout à fait splendide, et il dispose également de nombreux équipements : aires de pique-nique avec bancs, salles de bain et terrain de football.

Pour les montagnards intrépides, la région compte de nombreux sentiers de randonnée permettant de rejoindre, entre autres, Systrastapi (ou « le rocher des sœurs », en islandais), un site historique où la légende raconte que deux nonnes furent condamnées à mort pour avoir transgressé la morale publique. Juste à côté du terrain de camping, les voyageurs pourront profiter d'une cascade et se baigner dans une source chaude. 

Kirkjubæjarklaustur est une destination de choix pour celles et ceux qui souhaitent s’aventurer hors des sentiers battus. C'est en marchant ici, en pleine nature, que vous aurez le plus chances de faire une rencontre amicale avec l’un des moutons semi-sauvages qui peuplent l'Islande, un animal qui aurait bien des choses à nous apprendre sur la façon de survivre aux terribles conditions climatiques des régions polaires. Un petit conseil tout de même : évitez de contrarier les béliers !

Ne soyez pas étonné de voir des moutons en vous réveillant en camping

Puis, votre chemin vous conduira rapidement au site le plus intéressant de la région : la merveilleuse et néanmoins impitoyable plage de Reynisfjara. Rien d’étonnant à ce que la plupart de celles et ceux qui s’y sont déjà rendus la présentent aux autres comme « la plage la plus géniale » d’Islande. Toute la côte est ici exclusivement tapissée de sable noir, surmonté d’immenses orgues de basalte appelées Gardar, fantastiques formations naturelles sculptées à même la roche.

N'oubliez surtout pas de prendre le temps d’admirer les stacks de basalte qui s’élèvent à 66 m au-dessus du niveau de la mer. Ces aiguilles rocheuses subissent régulièrement les assauts féroces des tempêtes de l’Atlantique qui, en érodant la roche, ont formé ces silhouettes extravagantes qui donnent à la plage son caractère unique. N'oubliez pas votre appareil photo – les images que vous rapportez d’ici feront sensation une fois accrochées chez vous !

Une fois achevé votre petit aller-retour sur la côte (quoi que vous fassiez, ne vous aventurez pas dans l’eau, même pour barboter) vous trouverez toutes les commodités utiles dans la ville de Vik, à quelques kilomètres au sud. Vous apprécierez également le style architectural des maisons et des églises érigées sur les flancs de collines escarpés qui enserrent la commune.

Village de Vik en Islande

Jour 5: Du Parc Vatnajökull jusqu'à Höfn

Rien de tel pour le 5e jour que de se rendre au Vatnajökull, le plus grand glacier d’Islande (il recouvre pas moins de 8 % de la superficie du pays !) et deuxième plus grand glacier d’Europe. Avec une surface totale de 8000 km2, et une épaisseur de glace moyenne de 400 m, de nombreux tour-opérateurs font du Vatnajökull le clou de leurs randonnées sur glacier.

Ces sorties randonnées seront pour vous l'occasion de découvrir de vos propres yeux la façon dont les séismes, les sources souterraines et la fonte des glaces façonnent la structure aussi magnifique qu’unique de ce glacier. N’ayez pas peur de glisser, faites confiance à votre guide ! Il connait le parcours le plus sûr pas à pas.

Certaines excursions permettent même d’escalader des parois abruptes à l’aide de piolets : encore un très bon exemple des nombreuses aventures qui vous attendent sur votre circuit camping. C'est d’ailleurs en raison de ses reliefs accidentés que Vatnajökull compte parmi les nombreux lieux de tournage choisis par HBO pour ses tout derniers épisodes de la série Game of Thrones. Ici, vous aurez vite fait de vous prendre pour un membre de la Garde de Nuit en train d’escalader l'impressionnante paroi du Mur. Heureusement, aucun ennemi ne vous attendra au sommet !

Nature islandaise

L’un des avantages du camping a toujours été d’être bon pour la santé, en tout cas, bien plus qu’en séjournant dans une auberge du centre-ville. C'est l’air frais, les longues marches et autres contraintes physiques propres à la vie dans la nature qui explique cela. Or, aucun endroit en Islande n'est plus sauvage que le Skaftafell, où vous allez maintenant passer la nuit.

Ancienne ferme implantée à l’époque de la fondation de l’Islande, toutes les infrastructures qui la composaient furent détruites par l’éruption de l’Öræfajökull en 1362. Depuis, la région a été baptisée de l’anglicisme « wasteland », qui signifie « terre abandonnée » et se dit « Öræfi » en islandais.

Pourtant, aujourd'hui, vous verrez que le site, niché dans la région montagneuse d’Öræfasveit dans le sud du pays, est tout sauf une terre abandonnée. Il constituait à l’origine un parc national à part entière avant d’être rattaché en 2008 au parc national de Vatnajökull.

Vous allez découvrir ici une terre de contrastes saisissants qui se démarque nettement sous de nombreux aspects du reste de l’Islande. Avec ses températures plus chaudes et ses journées d’ensoleillement plus longues, le Skaftafell est un véritable un havre de paix pour les hommes comme pour les animaux, et de nombreux renards polaires ou espèces de visons et d’oiseaux (comme des acanthis, des grives mauvis, des troglodytae, etc.) y ont élu domicile.

C'est également le seul endroit du pays où commencent à s’implanter lentement mais sûrement des bouleaux et des saules, à la faveur du flux continu des eaux de glacier dans le sous-sol. 

Jour 6: Lagune glaciaire de Jökulsárlón 

Nous continuons à présent à serpenter dans le sud en direction de l’une des régions les plus époustouflantes d’Islande : les splendides Fjords de l’est. Votre première étape sera la lagune glaciaire de Jökulsárlón où d’énormes icebergs dansent sur les eaux bleu vermillon qui s’étendent au pied du glacier de Breidamerkurjökull.

Debout sur les rives de cette lagune, vous pouvez être sûr que vous serez submergé par une sensation de sérénité et de paix intérieures. Pour observer les icebergs de plus près, il faut obligatoirement s’offrir une excursion en Zodiac. Préparez-vous alors à enfiler votre combinaison de protection et votre gilet de sauvetage avant de vous laisser porter sur les eaux par le bateau pneumatique qui vous permettra d’approcher au plus près les icebergs... À quelques mètres seulement !

Bloc de glace à la plage de diamant vers Jokulsarlon en Islande

Il est également très fréquent ici de voir des phoques jouer dans l’écume des vagues en compagnie de plongeons à gorge rouge qui peuvent d’ailleurs se montrer très agressifs pour protéger leurs nids (et mieux vaut ne pas sortir des sentiers balisés si vous ne voulez pas prendre des coups de bec sur la tête !) En fin de journée, vous arriverez au camping d’Egilsstadir, le plus grand village de l’est du pays, où vous passerez la nuit. 

Jour 7: Fjords de l'Est / Austfirðir

Si vous cherchez la région d’Austfirdir sur une carte, la première chose que vous remarquerez sans doute est le trait de côte particulièrement accidenté qui la caractérise. C'est parce que nous sommes à présent dans le pays des fjords, l’est de l’Islande. Et vous noterez facilement autour de vous les marques laissées par l'histoire coloniale sur la culture locale.

À Fáskrúdsfjördur, les panneaux de signalisation sont écrits en français et en islandais, et l’architecture de Seydisfjördur, où vous seriez d’ailleurs bien inspiré de passer la nuit, est typiquement norvégienne. Cependant, la vie quotidienne de la région est tout à fait islandaise, à l’image du Hákarl par exemple sur le plan gastronomique. Quoi qu'il en soit, voilà une étape absolument incontournable pour tous les voyageurs.

Vous pouvez aussi voir des phoques dans la nature islandaise

Une des activités les plus populaires dans la région d’Austfirdir est l’ascension à pied du Mont Snæfell. Le Snæfell est la plus haute montagne d’Islande qui ne fasse pas partie d'un glacier et qui culmine à l’altitude colossale de 1833 mètres. En fait, le sommet est si élevé qu’il est toujours enneigé, même en été. Vous le repérerez toujours quelque part à l’horizon pendant votre passage dans la région.

Si vous êtes amateur de ski hors-piste, voilà donc une excellente nouvelle pour vous ! Mais si au contraire, ce genre d'activité est plus pour vous une corvée qu’autre chose, vous pouvez toujours sauter à bord d’une super jeep, et vous laisser conduire jusqu’au sommet du Snæfell pour redescendre en fin de journée et prendre un bon bain dans une source chaude. 

Jour 8: Lac Mývatn

L’une des choses les plus appréciables (ou plutôt l’une des choses dont on est toujours heureux de se passer) quand on fait du camping en Islande, c'est l’absence de moustiques. En fait, on ne trouve presque aucune espèce d’insecte. La seule exception est une minuscule mouche (ou moucheron) à six pattes qui vit à proximité de la plupart des plans d’eau dans les pays nordiques. En été, vous rencontrerez sans doute des millions de ces petits résidents. 

C'est d’ailleurs de ce vilain petit compagnon des campeurs que le lac Mývatn (« lac des mouches ») tire son nom. Si vous décidez de venir en Islande en été, il pourrait être judicieux d’emmener une moustiquaire ou autre système de protection, ne serait-ce que pour vous épargner toute nuisance au moment de profiter des paysages.

Lac Myvatn dans le nord de l'Islande

Credit: Flickr. Creative Commons. Photo de Michael Huniewicz.  

Le lac Mývatn est l’une des réserves naturelles les plus sauvages d’Islande. En soi, la zone constitue une sorte de musée d’histoire naturelle. Les paysages volcaniques — le col de Námaskard, les pseudo-cratères de Skútustadagígar, les fantastiques formations de lave de Dimmuborgir (« les châteaux sombres ») — donnent un caractère unique à la région, et constituent un argument de poids supplémentaire pour franchir le pas, et pour vous décider à entreprendre le voyage. Quelle surprise pour celles et ceux qui pensaient que l’Islande leur avait déjà montré tout ce qu’elle avait de plus beau !

Le huitième jour, vous pouvez dormir soit à Fjalladýrd, soit à Heidarbær.

Jour 9: Lac Mývatn et Húsavík

À ce stade de votre voyage, vous serez sans doute assez fatigué, et une bonne journée de relaxation dans la région du Mývatn vous sera très probablement salutaire. Alors, pourquoi ne pas vous offrir une journée thermale aux Mývatn Nature Baths ?

Situées à 105 km de la capitale du nord, Akureyri, ces sources chaudes naturelles offrent le cadre idéal pour se laisser aller, prendre quelques profondes inspirations et relâcher les muscles ! Mais les bains riches en soufre ne sont pas seulement le meilleur moyen de faire le plein d’énergie après plusieurs jours de route en camping-car, ils sont également excellents pour les fonctions respiratoires et la peau. Tout en se prélassant dans le bassin, on profite d'une vue magnifique sur le lac Mývatn et ses environs. Bref, impossible pour le voyageur fatigué de passer à côté d’un tel moment !

Source chaude de Myvatn dans le nord de l'Islande

Credit: Wikimedia. Creative Commons. Photo de Brian McAdam. 

Après avoir bien récupéré aux Mývatn Nature Baths, que diriez-vous de partir admirer des baleines dans leur environnement naturel avec le tour-opérateur spécialisé « Gentle Giants Whale Watching », basé à Húsavík ?

Tout le monde reconnaît que l’observation des baleines est beaucoup plus intéressante dans le nord du pays que dans le sud. En effet, les baleines et les dauphins y sont plus fréquents, plus variés, et ils évoluent dans un décor montagneux qui ne vient rien gâcher au plaisir des observateurs de cétacés. De plus, les bateaux d’observation sont moins bondés, et votre rencontre avec les baleines n’en sera que plus intime, plus personnelle.

Baleine sortant de l'eau en Islande

Photo de Lava Caving Tour & Whale Watching. 

Sinon, il est également possible ce jour-là de vous rendre à la Jökulsárgljúfur dans le parc national de Vatnajökull, pour vous plonger dans la beauté à couper le souffle du canyon verdoyant en forme de fer à cheval d’Ásbyrgi (où, selon la croyance populaire, le cheval d’Ódinn, Sleipnir, a laissé l’empreinte de son sabot en s'élançant vers le ciel.) On trouve également dans la région la cascade de Dettifoss, la plus puissante chute d’eau d’Europe, que vous reconnaîtrez sans doute si vous avez vu le film Prometheus de Ridley Scott.

Vous pourrez ensuite passer la nuit dans les campings de Fjalladýrd ou de Heidabær, ou bien encore dans la maison d’hôtes de Lónsá, située juste à côté d’Akureyri.



Jour 10: Siglufjörður 

Siglufjördur est surtout célèbre pour le boom économique de la pêche au hareng qu’elle a connu dans les années 50, et dont elle honore encore l’héritage avec un festival annuel et un musée consacrés à cette activité. Pour les fans inconditionnels de poissons (... et je sais qu’il y en a quelques-uns parmi vous) voilà une date à marquer d’une croix rouge sur le calendrier. 

Au large des côtes de Saudárkrókur, se trouve l’île de Drangey, où l’on raconte qu’aurait séjourné le légendaire hors-la-loi Grettir Ásmundarson afin d’échapper aux autorités et (soi-disant !) à des morts-vivants. Une histoire tout aussi fantastique que l’île elle-même... Car, à Drangey, vous aurez la possibilité de vous approcher au plus près des nombreuses colonies de macareux et autres oiseaux marins qui ont élu domicile sur cet avant-poste retiré pour couver paisiblement leurs petits. 

Macareux au-dessus des falaises en Islande

Voilà donc deux charmants villages de pêcheurs authentiques, avec beaucoup de caractère et, bien sûr, dotés d’une riche gastronomie de poissons et de fruits de mer. Au nord, vous pourrez pratiquer diverses activités telles que la pêche à la truite et au saumon dans la rivière Hólsá ou le rafting en eaux vives à Jökulsá. 

Le 10e jour, vous devrez choisir un camping à Siglufjördur ou à Saudárkrókur

Jour 11: Skagafjörður 

Aujourd'hui, vous allez camper à Hvammstangi où vous pourrez visiter le site de Borgarvirki, une forteresse naturelle de basalte dont les vestiges vikings laissent penser qu’elle a rempli une fonction militaire dans le passé. Vous pourrez également vous rendre sur la péninsule de Vatnsnes qui abrite la plus grande population de phoques d’Islande, et qui offre une vue sur le majestueux stack de basalte de Hvítserkur.

L’Icelandic Seal Centre de Hvammstangi est un véritable petit paradis pour tous les grands fans de phoques. Conçu à la fois comme un musée et un bureau d’information touristique, les visiteurs pourront y découvrir les différentes espèces de phoques présentes en Islande, leurs comportements, ainsi que les produits que les avant-postes de pêcheurs ont pu en tirer au fil de l’histoire.

C'est également une occasion supplémentaire pour toute la famille de se plonger dans le folklore islandais et de découvrir comment cet animal bien dodu a imprégné les traditions et les mythes si chers aux gens du coin.

Vatnsnes en Islande

Photo de Vatnsnes dans le Nord de l'Islande.

Ou peut-être, serez-vous un peu lassé de toute cette vie sauvage et plus enclin à découvrir l’histoire des gens qui ont décidé de vivre sur ces côtes assez inhospitalières. Dans ce cas, pourquoi ne pas mettre le cap sur Hofsós et vous plonger dans l’incroyable histoire des Islandais qui, fuyant la famine, en quête d’une vie meilleure, ont pris la mer vers l’ouest pour rejoindre le Canada et les États-Unis ? Ou bien encore, mettre en stand-by un instant votre curiosité intellectuelle pour vous prélasser dans la piscine de Hofsós, qui s’étend devant un des plus beaux panoramas d’Islande.

Jour 12: Péninsule de Snæfellsnes et Stykkishólmur

Le 12e jour, vous reprendrez la route en direction de la péninsule de Snæfellsnes, où vous pourrez passer la nuit à Ólafsvík ou à Hellissandur.

Mais l’heure du coucher est encore loin... D’abord, intéressons-nous au point culminant de Snæfellsnes, le glacier de Snæfellsjökull. Ce strato-volcan endormi s’élève à 1446 m d’altitude et possède un cratère de 200 m de profondeur. On ne compte plus les légendes inspirées par cet endroit mystérieux ; certaines invoquant les propriétés curatives du glacier, d’autres affirmant qu’il s’agit d’un point de rencontre extra-terrestre.

Dans le célèbre roman de science-fiction de Jules VerneVoyage au centre de la Terre, c'est sur le Snæfellsjökull que le professeur Lidenbrock débute son exploration souterraine : « Descends dans le cratère du Yocul de Sneffels que l’ombre du Scartaris vient caresser avant les calendes de Juillet, voyageur audacieux, et tu parviendras au centre de la Terre. » Voilà bien l’endroit de toutes les légendes ! 

village de pêcheur à la péninsule de Snaefellsnes en Islande

Snæfellsnes est également une région qui ravira les fins gourmets. Prenez donc une petite gorgée aux nombreuses sources d’eaux minérales de Snæfellsnes, goutez la délicieuse crème glacée et le Skyr de la laiterie Erpsstadir, ou bien visitez le musée du requin de Bjarnarhöfn, où vous pourrez vous émerveiller en découvrant le requin du Groenland et la façon dont les Islandais ont consommé ce mets délicat pendant des siècles en le faisant fermenter.

N’oubliez pas également de faire halte au Viking Sushi Adventure où vous pourrez ravir vos papilles gustatives avec des coquilles Saint-Jacques et des oursins fraîchement pêchés dans l’océan Atlantique. Impossible de trouver des fruits de mer plus frais ! 

Enfin, dans la ville de Stykkishólmur (la principale agglomération de Snæfellsnes), vous trouverez de nombreuses excursions en bateau qui vous conduiront tranquillement à travers les merveilleux paysages du Breidafjördur. Une fois dans le fjord, vous apercevrez un certain nombre d’îles inhabitées qui, jadis, accueillaient des monastères et des comptoirs commerciaux. La plus grande de ces îles inhabitées, Flatey, est accessible par ferry en été et permet de faire un petit break très agréable. 

Jour 13: Péninsule de Snæfellsnes et grotte Vatnshellir 

Pour votre deuxième journée à Snæfellsnes, nous vous conseillons les grottes d’Islande : idéal pour repartir un peu à l’aventure. L’Islande compte en effet des milliers de grottes, crevasses et réseaux de tunnels souterrains à couper le souffle et qu’il est possible d’explorer, quel que soit son niveau d’expérience en spéléologie.

Une fois plongés dans cet univers souterrain, les explorateurs doivent marcher, ramper et grimper parmi de merveilleuses formations rocheuses, courants sous-marins et autres stalagmites. Les guides se font également un plaisir de partager les détails historiques les plus croustillants et d'attirer l’attention sur les choses les plus intéressantes : un squelette de mouton datant de l’antiquité, par exemple, ou des animaux rares que l’on ne trouve que dans l’environnement souterrain. Et rapidement, vous aussi tomberez sous le charme hypnotique de cet univers secret et parallèle qui git sous vos pieds.

Grotte de lave en Islande

Photo de Regína Hrönn Ragnarsdóttir.

La grotte la plus intéressante à visiter à Snæfellsnes est la grotte de lave de Vatnshellir, ouverte au public depuis 2011 et assez représentative de la plupart des grottes d’Islande. Mesurant quelque 200 m de long, elle se divise en deux grandes sections. La partie haute regorge de remarquables sculptures de lave qui ressortent tout autour du tunnel, tandis que la partie basse (découverte récemment) vous plonge dans une atmosphère obscure et mystérieuse.

Ici, vos guides vous feront asseoir, éteindre vos lampes frontales et ouvrir grand vos oreilles. De la spéléologie comme vous n’en aviez jamais fait auparavant... Avec l’absence presque totale de stimulations sensorielles dans laquelle on est ici plongé, l’écho des plop plop plop de l’eau se répand dans le vide de la grotte... Et dans le vide de votre esprit. 

Et lorsqu’enfin, le moment sera venu de retrouver la lumière et la chaleur du jour (ou, tout du moins, de retrouver l’air frais – on est en Islande tout de même !), vous pourrez parcourir quelques kilomètres pour vous rendre à la ferme abandonnée de Ytri-Tunga qui se trouve juste à côté d’une plage bien connue pour ses colonies de phoques. Ici cohabitent des phoques gris et des phoques communs. Ils jouent ensemble dans les vagues, ou bien, tout comme nous, ils se prélassent sur le sable pour profiter des rares sorties du soleil.

Le phoque vous donne un bonjour de l'Islande

Credit: Wikimedia. Creative Commons. Photo de Mateusz Wiodarczyk.  

Mais ce n'est pas tout, Snæfellsnes a bien d’autres choses à vous offrir. On peut par exemple faire une belle promenade romantique le long des plages dorées de Langaholt, ou bien s’arrêter au port naturel du village de pêcheurs d’Arnarstapi, et admirer ses magnifiques formations rocheuses et sa grande colonie de Sternes arctiques.

Le treizième jour, vous pourrez passer la nuit dans les campings d’Ólafsvík, de Hellissandur, ou d’Eldborg.

Jour 14: Reykjavík

Vue sur Reykjavik en Islande depuis son église surplombant la ville

Enfin, vous allez pouvoir revenir à la capitale, Reykjavik où vous seriez bien inspiré de passer la nuit dans le camping de Laugardalur.

En cours de route, en descendant de Snæfellsnes pour rejoindre Reykjavík, vous passerez à côté de la commune de Reykholt, historiquement associée au célèbre poète médiéval, Snorri Sturluson. Deux fois orateur au parlement d’Althingi, Sturluson a enrichi l’art, la poésie et la politique du pays nouvellement formé, et ouvert très tôt la voie vers la culture que nous connaissons et chérissons de nos jours. Vous verrez ici les vestiges de ses bains-douches, de sa propre piscine géothermale et de sa ferme. À seulement 20 km de Reykholt, se trouve la cascade de Hraunfossar et la grotte lugubre de Vídgelmir.



Juste dans les environs de Reykjavík, dans la ville de Mosfellsbær, vous passerez non loin du musée de Gljúfrasteinn. Gjúfrasteinn est l’ancienne demeure du romancier récompensé du prix Nobel, Halldór Laxness (1902-1998), et à qui l'on doit plusieurs classiques de la littérature islandaise, dont le célèbre Gens indépendants.

Mises à part les sagas historiques, Gens indépendants est certainement le livre le plus célèbre de la littérature moderne islandaise, et vous l’apercevrez souvent dans les librairies ou dans les maisons des habitants. Laxness décrit le monde et la culture changeante dans lesquels évoluent ses personnages de façon méticuleuse et, à travers son œuvre, c'est un regard précis, depuis l’intérieur, sur la façon d’être des Islandais qu’il nous a légué. Sa maison a toujours été merveilleusement bien conservée depuis sa mort, et aujourd’hui, le musée se veut un hommage rendu à son héritage et à son influence littéraires. Pourquoi ne pas lire un peu de Laxness pendant les moments les plus calmes de votre voyage ?

Sculpture du bateau viking sous une jolie lumière à Reykjavik

À présent, nous voilà enfin arrivés dans la plus grande capitale nordique du monde : Reykjavík ! On y trouve tout ce qu’on peut attendre d’une capitale : de la grande gastronomie, des théâtres, des musées, de délicieux mets à déguster dans la rue, des piscines, des petits commerces, des grands magasins, des bars, des cafés, des cinémas, des parcs et des salles de concert. Pour votre 14e jour, il serait bon de s’accorder un peu de détente et de couper avec la nature sauvage : allez donc nager un peu, enfilez vos plus beaux vêtements (s’il vous en reste !) et jetez-vous dans les rues de Reykjavík.

En arrivant dans la capitale de l’Islande, vous allez vite découvrir toutes les possibilités qui s’offrent à vous pour varier votre voyage. Ne vous étonnez pas si vous vous sentez perdus dans l’éventail des activités urbaines possibles. Ce ne sera pas seulement une bonne occasion de chiner des souvenirs ou des vêtements de laine bien chauds dans les boutiques, mais également de visiter les musées et les galeries qui se cachent un peu partout dans le quartier 101.

Chacun y trouvera son compte : soit au musée national d’Islande qui met en valeur l’héritage culturel plus ou moins ancien du pays, soit à Whales of Iceland, qui expose des reproductions grandeur nature de cétacés avec une approche pédagogique interactive. Mais si aucune de ces deux sorties ne vous emballe, peut-être vous laisserez vous tenter par le musée d'art de Reykjavik, qui expose quelques-unes des plus belles œuvres islandaises et étrangères dans ses trois antennes disséminées à travers la ville.

Enfin, impossible de ne pas mentionner le musée de la ferme d'Árbær. Inauguré en 1957, ce musée vivant et animé offre une immersion fascinante dans le travail quotidien des colons et de tous ceux qui ont lutté pour leur survie dans les temps les plus reculés et les plus austères de l’histoire islandaise.

Jour 15: Départ

Et nous voilà donc arrivés à la fin de notre voyage. Nous avons parcouru plus de 1300 km en camping-car, et nous avons découvert quelques-unes des plus belles merveilles que l’Islande a à nous offrir. Si vous avez la chance d’avoir un vol tardif, alors prenez le temps de vous rendre au Blue Lagoon pour prendre un dernier bain. Ne serait-ce pas là le moment idéal de vous prélasser dans les piscines de sources chaudes naturelles d’Islande ? Ça ne coute rien de s’offrir un bon bain avant de reprendre l’avion !

Et si vous souhaitez reporter votre départ de quelques jours, contactez-nous, et nous vous aiderons à accomplir les démarches nécessaires. Portez-vous bien les amis !

La belle cascade Gullfoss en Islande